Depuis trois jours, les prix du pétrole sont sur une tendance haussière. Ce mercredi 6 janvier, les cours du Brent (référence pour le pétrole algérien) sont cotés à 53,86 dollars. Les prix atteignent ainsi leur plus haut niveau depuis neuf mois.

Ainsi, les prix de l'or noir ont été positivement impactés par la décision de l’Arabie saoudite de réduire sa production d’un million de barils en février et mars, à l’issue d’une réunion de l’alliance OPEP+. Cette décision a fait rebondir les prix du pétrole de plus de 5% mardi et continue de booster le marché. Quant aux autres membres des l'OPEP+, ils se sont mis d'accord sur une très légère hausse de la production : 75 000 barils par jour en février et mars.

Les prix du pétrole ont été aussi impactés par les données de l’American Petroleum Institute qui ont montré une baisse des stocks du brut américain, la semaine dernière aux États-Unis.

Le pétrole bénéficie de la campagne de vaccination anti-Covid-19

Il faut ajouter que le lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19 a eu un effet non négligeable sur la demande du pétrole. Ce vaccin est aussi une lueur pour l'économie mondiale qui traverse une de ses périodes les plus sombres. Il annonce d'ailleurs un début de reprise économique après presque une année de stagnation.

En effet, certains experts prévoient une accélération de la reprise de la demande sur l'or noir. Selon Bart Melek de TD Securities, « les marchés du brut sont destinés à se raffermir une fois que la deuxième vague de Covid-19 se sera calmée, que la campagne de vaccination se sera généralisée et que le gouvernement américain aura enfin dit clairement que de nouvelles mesures d’aide sont en chemin ».

Lire aussi : Le prix du pétrole à son plus haut niveau depuis le début de la pandémie