La dévaluation du dinar algérien continue de susciter l’inquiétude des spécialistes en économie. Une récente analyse publiée par l’expert en finances Nour Meddahi prévoit des baisses encore plus importante de la valeur du dinar au cours des trois prochaines années.

Nour Meddahi tire la sonnette d’alarme sur la dégringolade inquiétante de la monnaie nationale sur le marché officiel. Dans une contribution, le spécialiste alerte sur une « forte baisse » du dinar sur plusieurs années. Il prévoit ainsi une dévaluation de « 8,25% en 2021, 2,3% en 2022 et 1,5% en 2023 ». Il explique que la baisse de la monnaie nationale est « très importante en termes nominaux et réels pour 2021 », tandis qu’elle « est faible en termes réels » pour les deux années suivantes.

Cette dépréciation aura un impact direct sur les investisseurs locaux, qui seront confrontés, selon l’expert, à deux options : le renoncement à l'investissement dans des projets qui nécessitent des importations importantes, et l'accélération des investissements avant que le dinar ne baisse davantage.

Selon lui, les investisseurs étrangers qui viendraient avec leurs machines et sans acheter de terrains seront « insensibles aux variations du taux de change ». En revanche, les investisseurs étrangers qui achètent des terrains ou des sociétés seraient obligés d’attendre « la baisse du dinar pour que le prix du bien en devise baisse, à moins de pouvoir emprunter auprès des banques algériennes à des taux fixes ».

À lire aussi :  Economie mondiale : Le FMI passe du pessimisme à l'optimisme pour 2023

Certaines réformes économiques sont « inévitables »

Nour Meddahi estime que l’Algérie « est à la croisée des chemins ». La dévaluation du dinar étant désormais une réalité qui s'inscrit dans la durée, il appelle à appliquer des réformes économiques « impopulaires » qui s'avèrent « inévitables ».

Pour rappel, le dinar algérien a clôturé l'année 2020 sur une baisse record sur le marché de change officiel. En moins d’une année, la monnaie nationale aura perdu environ 20% de sa valeur.

Lire aussi : Chute du dinar et éradication du marché noir des devises : Les précisions du ministre des Finances