Les entreprises algériennes travaillant dans le secteur du numérique vont pouvoir avoir accès au marché français. En effet, la Chambre de commerce et d'industrie algéro-francaise (CCIAF) et le Groupement algérien des acteurs du numérique (GAAN) ont signé un accord de collaboration le 21 janvier. Cet accord porte sur le développement de l'exportation des services numériques algériens au bénéfice des entreprises françaises.

Ainsi, les entreprises algériennes auront plus d’accès aux offres de sous-traitance de projets en lien avec les activités du numérique, Call Center et informatiques réalisées au bénéfice d’entreprises françaises. Cet accord a été signé par Michel Bisac, président de la CCIAF, pour la France, et le président du GAAN, Bachir Tadjeddine pour l'Algérie.

Les signataires ont tenu à relever l'importance de cet accord. Bachir Tadjeddine a affirmé que “cette convention s'inscrit dans le cadre du renforcement des échanges bilatéraux (gagnant-gagnant) entre l’Algérie et la France dans le domaine du numérique. Cette approche permettra d’accroître l’envergure, la cohérence des actions pour obtenir plus d’efficacité et de meilleurs résultats”.

Il a souligné que cette convention a pour objet de mettre en relation les entreprises françaises qui veulent externaliser certains services dans le domaine du logiciel et du Call Center avec des entreprises algériennes capables de mener cette mission.

Les Algériens aussi compétitifs que les Tunisiens et Marocains

Quant à Michel Bisac, il a indiqué que “de nombreuses entreprises en France et en Europe étaient à la recherche de sous-traitants dans le domaine du numérique, et c’est le moment de se lancer”. Il a ajouté que “les entreprises algériennes, activant dans le numérique, sont désormais matures et disposent de toutes les compétences nécessaires pour répondre à cette demande, et ce, en termes de qualité de service et de qualité de formation des jeunes ingénieurs”.

Michel Bisac a également tenu à souligner “la compétitivité des entreprises algériennes”. Il précise : "Exonérées fiscalement lorsqu'elles font de l'exportation des services, les entreprises algériennes sont devenues compétitives plaçant le pays au même niveau que ses voisins marocain et tunisien”. Michel Bisac a assuré que “la CCIAF va mettre en œuvre tout le réseau de (la) chambre de commerce en France auprès des chambres de commerce en région pour faire connaître l’offre algérienne”.

Lire aussi : « Aucune entreprise française n’a quitté l’Algérie »