Le prix du pétrole a repris avec sa tendance haussière après la stagnation de ces derniers jours. Ce lundi 1er février, les cours du Brent (référence pour le pétrole algérien) sont cotés à 55,40 dollars. Les prix de l’or noir sont en hausse malgré les couacs qu'a connus l’opération de vaccination et la découverte de nouveaux variants de la Covid-19.

Ainsi, cette hausse est principalement due aux programmes de soutien décidés par certaines puissances à leurs économies touchées par la pandémie. Ces programmes ont jugulé le pessimisme des investisseurs quant à une reprise économique dans la nouvelle conjoncture marquée par l'apparition de nouveaux variants de la Covid-19.

Cette hausse est également due à un recul plus important que prévu des stocks américains de brut. En effet, selon un rapport de l’Agence américaine d’Information sur l’Energie (EIA), les stocks commerciaux de brut aux États-Unis ont baissé de 5,3 millions de barils (MB). Ils se sont stabilisés à 481.4 MB au 22 décembre, soit un repli un peu plus conséquent que celui prévu par les analystes.

Réduction de la production de l'Arabie saoudite

Par ailleurs, la décision de l'Arabie Saoudite de réduire sa production de pétrole a impacté les prix. Cette décision conjuguée à la reprise de la demande après l’annonce encourageante des chiffres de la croissance en Chine, a eu une effet positif sur les marchés pétroliers. Le plus grand pays consommateur de pétrole brut a atteint 3 % de croissance. La Chine est ainsi la seule grande économie qui n’a pas connu de récession en 2020.