La Tunisie est désormais le premier pays du Maghreb à avoir lancé un satellite 100% local. Lundi 22 mars, une fusée Soyouz a lancé « Challenge-1 », le premier satellite tunisien créé par le groupe de télécommunications Telnet.

C’est un moment historique pour la Tunisie. Cet État est le premier du Maghreb à fabriquer son propre satellite et le sixième pays africain, après notamment l'Afrique du Sud, l'Égypte et le Ghana. « Challenge One », destiné à l'Internet des objets, a été construit par une équipe du groupe de télécommunications tunisien TelNet, dont la plupart des ingénieurs, formés localement, ont entre 25 et 30 ans.

« On est très émus, après trois ans de travail intense », se réjouit Haïfa Triki, ingénieure de 28 ans, qui a suivi depuis Tunis l'envol du lanceur Soyouz qui transporte le satellite. « Heureusement que l'ambiance était bonne pour résister au stress et au défi de maîtriser des technologies nouvelles. On a fait beaucoup de sacrifices, mais ça valait le coup », indique-t-elle

La fusée a décollé lundi matin de Baïkonour, au Kazakhstan, suivie en direct depuis Tunis par le président tunisien Kaïs Saïed, qui a rejoint ingénieurs et journalistes au siège de TelNet.

Kaïs Saïed « fier de la jeunesse tunisienne »

« Notre richesse réelle est la jeunesse qui peut faire face aux obstacles », s'est félicité Kaïs Saïed. « Nous sommes fiers de notre jeunesse et des cerveaux tunisiens de par le monde », a-t-il ajouté.

Ce satellite expérimental, qui porte des thermomètres ou capteurs de pollution connectés, puces de localisation ou senseurs d'humidité, est destiné à récolter les données collectées par ces appareils pour y avoir accès en temps réel, même dans une zone terrestre sans couverture Internet. Il vise à répondre au besoin croissant de connexion satellitaire pour les objets, car moins de 20 % de la surface du globe est couverte par le réseau Internet terrestre.