L'entreprise algérienne de navigation maritime, Algérie Ferries, fait face à une crise financière sans précédent due à l'épidémie de coronavirus. La situation de la compagnie maritime ne cesse de s'aggraver, à tel point que l'entreprise risque de ne pas verser les salaires du mois d'avril en cours à ses employés.

A l'instar de la compagnie de navigation aérienne Air Algérie, l'entreprise de transport maritime, Algérie Ferries, a été durement impactée par la crise sanitaire liée au coronavirus. La situation financière de cette entreprise est alarmante. C'est le moins que l'on puisse dire pour cette compagnie qui n'a pas vendu un seul billet depuis le mois de mars 2020, suite à la fermeture des frontières.

Selon des sources concordantes, Algérie Ferries a accusé des pertes colossales estimées à 9 milliards de dinars en 2020. Elle est au bord de l'asphyxie. Cette situation risque de ne pas être sans conséquence pour les 1 340 personnes employées de cette société. Selon le journal arabophone Echorouk, la compagnie serait dans l'impossibilité de verser les salaires du mois d'avril en cours, qui coïncide avec le mois de carême, à ses travailleurs.

Les pouvoirs publics sont interpellés pour intervenir et tenter de faire sortir cette entreprise de l'ornière, dont les conséquences ne peuvent être que néfastes pour elle et pour ses employés.

Les employés risquent de se retrouver sans salaires

Au rythme où vont les choses, cette impasse risque de perdurer et s'inscrire dans la durée, sachant que la réouverture des frontières et, par conséquent la reprise des liaisons aériennes et maritimes, n'est pas pour demain.

Pour l'heure, la crise sanitaire est toujours d'actualité et le gouvernement reste de marbre face aux appels incessants à lever la suspension des vols et traversées maritimes. La détection de nouveaux variants du Covid-19 en Algérie complique davantage la donne, au grand dam d'Algérie Ferries et de ses employés.