L’activité des influenceurs et influenceuses sur les réseaux sociaux est devenue officiellement légale en Algérie. En effet, les concernés peuvent désormais jouir d’un statut légal à part entière et prétendre à un registre du commerce. Un nouveau code d’activité qui leur est dédié a été ajouté à la nomenclature du Centre national du registre du commerce (CNRC).

Le Centre national du registre du commerce (CNRC) vient d’ajouter un nouveau code d’activité permettant à ces créateurs de contenu sur les réseaux sociaux d’exercer leur activité dans un cadre légal et régi par les lois en vigueur en Algérie.

Le CNRC définit cette activité, répertoriée sous le code 617040, comme « activité à travers laquelle une personne exprime un point de vue ou donne des conseils (par écrit, audio et/ou visuel) dans un domaine spécifique et selon un style ou un traitement qui lui sont propres et que son audience identifie ».

Il faut dire que ces dernières années, la toile algérienne foisonne d'influenceurs qui activent sur les différentes plateformes des réseaux sociaux, notamment Facebook, Instagram et YouTube. Les influenceurs, dont l’audience dépasse le million de personnes pour certains, sont sollicités par différentes marques pour des partenariats publicitaires.

Cette annonce a été accueillie de façon mitigée sur les réseaux sociaux. Nombreux sont les internautes qui estiment que cette disposition est un pas positif, se félicitant que les influenceurs puissent désormais prétendre à un statut de freelancer et facturer eux-mêmes leurs prestations. D’autres considèrent qu’il s’agit plutôt d’une tentative d’asseoir un contrôle de l’Etat sur ces chaînes qui jouent parfois le rôle de médias électroniques.

À lire aussi :  L'euro bat tous les records en baisse devant le dollar et le dinar

Lire aussi : E-commerce : Peut-on investir en ligne en Algérie ?