Renault Algérie a démenti l'information selon laquelle elle aurait repris la vente de deux de ses modèles. Le constructeur français a annoncé, dans un communiqué rendu public ce dimanche 25 avril, que les informations qui ont circulé sur les réseaux sociaux étaient erronées. 

Cette mise au point intervient pour démentir des informations partagées sur les réseaux sociaux. Depuis samedi, plusieurs pages Facebook ont annoncé la reprise de la vente de deux modèles de Renault : Clio et Symbol, respectivement à partir de 2.149.000 DA et 1.639.000 DA. « Non, c’est complètement faux », tient à informer la direction de Renault Algérie dans son communiqué. Elle précise que les prix annoncés datent de 2019.

L'entreprise affirme également que suite au blocage qu'elle subit, il n'y a « pas d’offres pour le moment ». Elle fait savoir que la reprise du montage dans ses usines, suite au déblocage des kits CKD/SKD par le gouvernement, n'a pas pour objectif de reprendre la vente de ses modèles en Algérie. « Il y a déjà une liste d’attente de clients ayant déjà commandé leurs véhicules à satisfaire en priorité », souligne Renault Algérie.

Renault autorisée à récupérer des kits et des collections bloqués

Il faut souligner que les autorités algériennes ont décidé des dédouaner des kits CKD/SKD de Renault Algérie bloqués depuis plus d’une année au port d’Arzew. Cette opération permettra au constructeur de procéder au montage de 6 000 à 7 000 voitures à partir de ce mois d'avril. L’usine Renault Algérie a été autorisée à récupérer des kits et des collections bloqués au niveau des ports du pays, afin de lui permettre de livrer certains véhicules, en majorité déjà vendus à des clients qui attendent la livraison de leurs voitures.

À lire aussi :  Privée du gaz algérien, l'Espagne exhorte la France de revoir sa feuille de route

Ces blocages ont occasionné d’énormes pertes à l'entreprise. Renault Algérie a été contrainte de mettre ses employés au chômage technique, en garantissant un taux de 70% du salaire de base.

Lire aussi : Renault Algérie va monter 6 000 à 7 000 voitures à partir d’avril