L'Entreprise nationale des industries de l'électroménager (ENIEM), sise à Tizi-Ouzou, en Kabylie, est de nouveau dans la tourmente. Elle risque, en effet, une nouvelle cessation d'activité dès le mois de septembre à cause d'une énième crise financière. C'est ce qu'a déploré la section syndicale de cette entreprise dans un communiqué rendu public ce lundi 23 août 2021.


« Il y a juste quelques mois, les travailleurs de l'ENIEM étaient sortis dans la rue pour revendiquer le sauvetage de leur entreprise en proie à une crise financière des plus périlleuses. Aujourd'hui encore, nonobstant quelques mesures palliatives et autres promesses de relance, cette crise implacable persiste et l'ENIEM tarde à voir le bout du tunnel », indique ledit syndicat dans son communiqué. Et d'ajouter « à défaut, en fait, de disposer dans l'immédiat d'un fonds conséquent, l'entreprise sera en cessation d'activité dès septembre, et ce, faute de capacité d'approvisionnement ».

Le spectre du congé technique plane sur l'ENIEM

La même source a par ailleurs tiré la sonnette d'alarme contre cette « situation critique qui fait planer de nouveau le spectre du congé technique et des tensions sociales subséquentes ». Pour le syndicat, il y a urgence en la demeure.

« Dans ce sens, prenant les devants, nous tenons à alerter sur l'urgence de cette situation porteuse de sérieux dangers; une situation qui devient de plus en plus intenable et risque de muer en impasse », écrit le syndicat.

À lire aussi :  Comment l'Algérie peut capter l'argent de l'informel : la solution du ministre des Finance

La section syndicale de l'entreprise, jadis fleuron de l'industrie électroménagère en Kabylie, regrette que rien n'ait été fait en dépit des multiples crises auxquelles cette dernière a survécu. « Le plan de redressement de l'entreprise est certes au niveau du CPE, mais les solutions concrètes tardent à pointer à l'horizon. Cela étant, nous dénonçons ce statu quo déconcertant, qui menace la pérennité de notre entreprise ».

Les travailleurs de l'ENIEM interpellent Tebboune

Par ailleurs, dans l'espoir d'éviter une situation de blocage qui guette l'ENIEM, gagne-pain des centaines de familles, les travailleurs s'en remettent encore au chef de l'État Abdelmadjid Tebboune. « Nous interpellons encore une fois le Président de la République en vue d'un plan de sauvetage...d'urgence », écrit le représentant de ces employés dans sa déclaration. Il est à souligner que l'ENIEM de Tizi-Ouzou a connu plusieurs arrêts de travail, il n'y a pas longtemps, à cause de la même crise financière.