Pour la première fois de son histoire, le G20, groupe réunissant les vingt pays les plus développés au monde, a pris la décision salvatrice d'octroyer la somme de 100 milliards de dollars aux pays en voie de développement, particulièrement en Afrique, pour les accompagner dans la reprise économique post-Covid-19. L'annonce a été faite le 31 octobre par les chefs d'États du G20, à l'issue de leur réunion annuelle.

Les pays du G20 prévoient de « reverser aux pays en développement 100 milliards de dollars, sur le montant global des 650 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS) émis par le Fonds monétaire international, pour affronter la crise engendrée par la pandémie de Covid-19 », rapporte l’AFP ce dimanche 31 octobre en reprenant les termes du communiqué final publié à l’issue du sommet tenu à Rome en Italie.

« Nous nous félicitons des récentes promesses de dons d'une valeur d'environ 45 milliards de dollars comme une étape vers une ambition mondiale totale de 100 milliards de dollars de contributions volontaires pour les pays les plus dans le besoin », ont indiqué les dirigeants des 20 pays les plus développés regroupés au sein du G20.

100 milliards de dollars seront versés par le G20 aux pays en développement

Les pays du G20, qui ne s'étaient jusqu'ici jamais accordés sur un montant à reverser aux pays en développement, emboîtent ainsi le pas aux dirigeants du G7, qui s'étaient déjà fixés comme objectif la somme de 100 milliards de dollars à redistribuer, notamment au continent africain, précise l'AFP.

Les droits de tirage spéciaux (DTS) sont répartis en fonction des quotes-parts de chaque pays au FMI. Donc en clair, le plus gros va aux pays les plus riches. Sur le papier, l'Afrique ne bénéficierait ainsi que de 34 milliards de dollars, d'où l'idée de certains pays développés de reverser leur part aux plus vulnérables, précise la même source.

La France et le Canada reverseront aux les pays africains 20 % de l'argent reçu du FMI

À cet effet, le Canada, un des pays membres du G20, distribuera aux pays en voie de développement 20 % de ses droits de tirage spéciaux émis par le FMI pour accompagner la reprise économique post-Covid, avait annoncé le 30 octobre à Rome la ministre des Finances Chrystia Freeland.

Auparavant, la France s'était également engagée à « réorienter 20% de l'argent qu'elle reçoit du FMI vers le continent africain », selon l'annonce faite par le président Emmanuel Macron. « Si toutes les grandes puissances font comme la France, alors nous atteindrons l'objectif de reverser 100 milliards de dollars à l'Afrique », avait-il déclaré en septembre dernier.

Un engagement similaire portant sur 20 % de ses DTS a été pris par le Royaume-Uni. Et le Japon a promis de reverser 4 milliards de dollars. Avec les promesses des 20 pays les plus développés au monde, c'est la somme globale de 100 milliards de dollars qui sera ainsi reversée aux pays en voie de développement.