Tenue en échec lors de son premier match par la Sierra Leone (0-0), l'équipe d'Algérie est appelée à disputer une rencontre capitale ce dimanche 16 janvier face à la Guinée équatoriale, pour le compte de la 2e journée du groupe E de la CAN 2021.

Avec un petit point au compteur, Riyad Mahrez et ses camarades, qui sont présents au Cameroun dans la peau de favoris, doivent gagner ce match face aux Guinéens afin de ne pas compromettre leurs chances de qualification pour la deuxième phase de la CAN 2021.

Mais en sa qualité de tenant du titre et au vu de sa notoriété qui dépasse désormais les frontières africaines, la sélection algérienne est appelée à se ressaisir de son semi-échec, le 11 janvier dernier face à la Sierra Leone (0-0), en renouant avec le succès ce dimanche contre la Guinée équatoriale. Une mission à la portée de l'équipe d'Algérie, face à un adversaire qui est loin de rivaliser, même si, en football, rien n'est sûr.

L'Algérie joue à 20 h, avec un climat « beaucoup plus aisé »

Les Verts, qui ont joué leur premier match dans des conditions climatiques difficiles au vu de l'horaire (14 h 00), seront mieux lotis ce dimanche, puisque la CAF a programmé la rencontre à 20 h 00. Un horaire qui arrange les joueurs algériens, qui avaient trop souffert de la chaleur et de l'humidité contre la Sierra Leone. « On va jouer à 20h et le climat est beaucoup plus aisé », affirme à ce propos le sélectionneur national Djamel Belmadi ce samedi 15 janvier en conférence de presse.

À lire aussi :  L'entraîneur du Maroc, Vahid Halilhodžić, démis de ses fonctions

Le coach des Verts est également revenu sur l'état de la pelouse du stade de Douala, qui accueillera le match de son équipe face à la Guinée équatoriale. « Même si elle n'est pas catastrophique, la pelouse ne répond pas aux attentes d'une CAN. Cette pelouse ne permet pas un jeu fluide », avoue Belmadi.

L'équipe d'Algérie sous pression. Deux joueurs clés absents

De même, l'équipe d'Algérie devra se passer des services de deux joueurs clés ce dimanche contre la Guinée équatoriale. En effet, Belmadi a révélé que les joueurs Ramiz Zerrouki et Adam Ounas seront de nouveau forfaits pour le match de ce dimanche pour des raisons de santé. « Zerrouki et Ounas sont toujours malades et il y a de fortes de chances qu'ils ne puissent pas participer au match », a affirmé le coach des Verts sans donner plus de précision.

Évoquant le match de ce dimanche contre la Guinée équatoriale, Djamel Belmadi, qui aura la chance de récupérer son milieu récupérateur Ismaël Bennacer, s'est dit conscient de la nécessité de gagner, tout en affirmant que la tâche ne sera pas aisée pour son équipe.

« Le match ne sera pas facile face à une bonne équipe de la Guinée équatoriale. On ne va pas rencontrer des peintres, avec tout le respect que j'ai pour cette profession, mais il faut reconnaître que les Guinéens ont de bons joueurs de football », lance Djamel Belmadi.

À lire aussi :  Karim Benzema 2e meilleur buteur du Real Madrid, derrière Cristiano Ronaldo

Dos au mur et sous pression après le nul contre la Sierra Leone, les Verts sont donc dans l'obligation de gagner face à la Guinée équatoriale. « On a toujours la pression, et j'aime ça. Sans pression, le match n'a pas de goût. Ce n'est pas parce qu'on a fait un nul qu'on a plus de pression », affirme Belmadi non sans reconnaître la difficulté de la mission de son équipe. « Cette rencontre contre la Guinée s'annonce peut-être plus difficile que la première, mais on a toujours l'objectif de l'emporter », affirme l'entraîneur algérien, qui s'est toujours montré confiant quant à cette CAN 2021.

Belmadi réaffirme sa confiance en Slimani et Bounedjah

Questionné sur le rendement de ses attaquants, notamment le duo Islam Slimani et Baghdad Bounedjah, le patron de la barre technique des Verts a encore une fois tenu à défendre ses joueurs. « Moi, je ne demande pas uniquement des buts à mes attaquants, je leur demande de presser, de casser des lignes […] En tant qu'entraîneur, on se doit d'avoir confiance en nos attaquants. Personnellement, je garde une totale confiance en Islam et Baghdad », lance-t-il.