Le candidat à la présidentielle française Éric Zemmour a tiré à boulets rouges sur les dirigeants algériens, tout en réitérant son engagement à revoir les relations entre la France et l'Algérie.

Invité le lundi 17 janvier à Paris par l'Association de la presse étrangère (APE), qui regroupe plusieurs centaines de journalistes issus de 68 pays des 5 continents, Éric Zemmour a affirmé vouloir « parler entre hommes » avec les dirigeants algériens dans le cas où il est élu président.

Éric Zemmour a toutefois écarté toute idée de « repentance » de la France pour les crimes commis durant sa colonisation de l'Algérie. Pire encore : Éric Zemmour a tenu à glorifier le rôle de la France durant sa présence en Algérie.

L'Algérie a toujours été une terre de colonisation, selon Éric Zemmour

« La France a laissé en Algérie plus de choses que tous les autres colonisateurs », affirme Eric Zemmour citant « les routes, les instituts de santé que la France a laissés, le pétrole que la France a trouvé et qui permet de nourrir 40 millions d'Algériens ».

Pour Éric Zemmour, l'Algérie a été toujours été une terre colonisée. « Si nous avons colonisé l'Algérie pendant 130 ans, nous n'avons été ni les premiers ni les seuls, l'Algérie a toujours été une terre de colonisation, par les Romains, les Arabes, les Turcs, les Espagnols », explique-t-il.

À lire aussi :  Le ministre de la Justice au Maroc pour remettre l'invitation de Abdelmadjid Tebboune à Mohammed VI

Éric Zemmour écarte toute idée de repentance de la France

Pour Eric Zemmour, il n'est pas question de voir la France présenter ses excuses, même s'il reconnaît qu'elle avait commis des crimes durant sa colonisation de l'Algérie.

« Il y a eu des massacres, des affrontements, je ne le nie absolument pas, mais en face, ils ne combattaient pas avec des roses, c'est l'histoire du monde », explique-t-il. « La repentance ne sera même pas un sujet de discussion », tranche-t-il.

Face aux représentants des médias étrangers en France, Éric Zemmour se dit vouloir entretenir une relation « d'hommes à hommes » avec l'Algérie. « Aux dirigeants algériens, je dis : on parle entre hommes, entre gens responsables », affirme-t-il non sans promettre de revoir la politique de la France avec l'Algérie. « C'est notre faiblesse qui rend les dirigeants algériens arrogants, mais ils respecteront des gens qui se respectent », lance-t-il.

Pour Zemmour, l'Algérie considère la France comme le déversoir de son excès démographique

Pour Éric Zemmour, les accords de 1968, qui facilitant la circulation, le travail et le séjour des Algériens en France, seront supprimés. « Il faudra que l'Algérie arrête de considérer que la France est le déversoir de son excès démographique », a-t-il prévenu.

À lire aussi :  Affaire Pegasus : L'Espagne et le Maroc ont-ils enterré la hache de guerre ?

Un engagement maintes fois réitéré par de nombreux autres candidats à la présidentielle française, à l'instar de Marine Le Pen. Même le fils du général de Gaulle, l'Amiral Philippe, a récemment exprimé son souhait de voir l'accord de 1968 supprimés.