Un réseau international de trafic de voitures a été démantelé en Algérie. Composé de plus de 60 individus – dont des Algériens établis à l'étranger –, le réseau procédait à la falsification des dossiers de base des véhicules et de leurs numéros de série avant de les revendre. 

Selon le média algérien arabophone Ennahar, qui a rapporté l'information hier 7 février 2022, ce coup de filet a été réussi par les services de sécurité à la suite d'informations ayant parvenu à la sureté de Dar El Beida à Alger et faisant état de l'existence d'un réseau spécialisé dans le trafic de véhicules.

Les enquêteurs ont vite confirmé ces informations et ont procédé à l'arrestation de certains membres du réseau, dont les têtes pensantes sont trois frères résidant dans la wilaya de Blida, à l'ouest d'Alger. 10 personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête et d'autres sont recherchées.

30 voitures volées à l'étranger récupérées

En tous, 63 individus sont accusés dans cette affaire. Parmi eux, des personnes qui résident à l'étranger. Ces ressortissants algériens faisaient entrer des voitures volées dans certains pays européens vers l'Algérie.

56 véhicules ont été récupérés lors de l'opération, précise la même source. Parmi ces voitures, 26 ont subit des accidents ou ont été volées en Algérie. Les 30 autres ont été acheminés de l'étranger et faisaient objet de recherches d'Interpol.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Selon la même source, ces voitures ont été introduites sur le territoire algérien à travers les frontières terrestres avec la Tunisie, mais aussi via les port d'Alger, de Mostaganem et d'Oran, entre autres. C'est ainsi que des voitures volées en Italie, au Luxembourg, en France et en Belgique – pour ne citer que ces pays – ont été récupérées lors de cette opération.

Des cartes grises falsifiées à Oran

Les membres du réseau procédaient à la falsification des documents de ces véhicule au niveau de délégation communale El Menzah, dans la wilaya d'Oran. Certains fonctionnaires et chefs de service chargés des cartes grises de cette institution sont d'ailleurs poursuivis dans cette affaire et risqueraient gros.

Ce sont ces derniers qui trafiquaient les numéros de série et les dossiers de base des voitures avant leurs ventes, a révélé l'enquête. Cette affaire sera examinée prochainement au niveau du tribunal de Dar El Beida, indique Ennahar.