Les autorités algériennes ont décidé de rouvrir les frontières maritimes le mois d’octobre dernier après une fermeture qui aura duré près d'une année et demi en raison de la pandémie de Covid-19. Depuis, 3 compagnies maritimes sont autorisées à effectuer des dessertes entre l'Algérie et deux pays européens : la France et l'Espagne.

C'est la compagnie publique algérienne Algérie Ferries qui avait ouvert le bal à la fin du mois d’octobre 2021 avec au programme 2 dessertes par semaine depuis les ports d’Oran et d’Alger vers ceux de Marseille et Alicante. Des dessertes qui s’effectuent par alternance à bord de deux ferries : le Badji Mokhtar III pour les dessertes vers Marseille et le Djazair II pour celles vers Alicante.

Deux autres compagnies étrangères sont également autorisées par les autorités algériennes à effectuer des dessertes entre l’Algérie et le sud de l’Europe. Il s’agit de la compagnie française Corsica Linea et l’espagnole Balearia. Ce n’est en réalité qu’un retour pour ces deux compagnies, qui effectuaient déjà des dessertes vers et depuis l’Algérie avant la fermeture des frontières maritimes en mars 2020.

La compagnie française Corsica Linea a repris ses traversées entre Marseille et Alger le 9 novembre. Depuis, elle assure une traversée par semaine entre les deux villes en aller-retour. D’ailleurs, Corsica Linea a annoncé le maintien de ses dessertes pour les six prochains mois.

À lire aussi :  Remboursement des billets d'avion : Que dit la loi française ?

Reprise des traversées maritimes : entre satisfaction et colère de la communauté algérienne

Toutefois, la reprise des traversées maritimes ne s’est pas déroulée dans les meilleures conditions, selon les témoignages de nombreux passagers et de certains députés. En effet, la première traversée entre Marseille et Alger le 1er novembre 2021 à bord du Badji Mokhtar III a suscité la colère de nombreux voyageurs.

Deux députés de l’émigration – Abdelouahab Yagoubi et Tawfiq Khedim – ont fait état à travers des publications sur les réseaux sociaux de conditions lamentables du déroulement du voyage de Marseille vers Alger, tant à l'embarquement qu'à l'arrivée au port d'Alger.

La montée au créneau de nombreux voyageurs et le témoignage des deux députés cités, qui avaient eux même effectué le voyage à bord du Badji Mokhtar III, n’a pas été sans suite.  En effet, les responsables du secteur des Transport ont décidé de limoger le directeur de la gare maritime du port d'Alger en guise de sanction aux nombreux manquements soulevés par les passagers d'Algérie Ferries.

Des passagers de Corsica Linea en provenance de Marseille ont galéré au port d’Alger

Des sanctions qui n’auraient pas servi à grand chose, puisque les mésaventures des passagers algériens au niveau du port d’Alger continuent, comme l'a de nouveau soulevé Abdelouahab Yagoubi, député et membre de la commission des Affaires étrangères à l'APN.

À lire aussi :  Le tourisme halal et les hôtels muslim-friendly : Un concept en expansion dans les pays européens

En effet, dans un message publié ce mercredi 29 décembre 2021 sur sa page Facebook, l'élu a tenu a dénoncer ce qu’il qualifie de « mépris » envers les passagers algériens au niveau du port d’Alger. Dans son message publié au moment de l’arrivé du Danielle Casanova de la compagnie française Corsica Linea au port d’Alger en provenance de Marseille ce mercredi 29 décembre, le député Yagoubi a vivement critiqué les responsables du port d’Alger.

« Des pot-de-vin pour quitter le port » d'Alger. Yagoubi accuse

« Le mauvais traitement continue au port d'Alger et cela depuis la reprise des traversées début novembre. Je l’ai constaté de mes propres yeux avec mes collègues lors de la première traversée à bord du Badji Mokhtar III. En ces moments, et après l'arrivée du navire Danielle Casanova en provenance de Marseille à 12:00, soit depuis 5 heures, les passagers, dont des personnes âgées, des femmes et de jeunes enfants attendent […] au bord des voitures non encore autorisées à sortir », écrit l e député.

Dans son message, Abdelouahab Yagoubi est allé jusqu’à accuser des agents exerçant au niveau de port d’Alger de corruption. « Le but, bien entendu, est de les pousser, contraints par la fatigue et l’épuisement, à payer un pot-de-vin pour qu'ils puissent sortir ! » s'insurge le député en joignant une vidéo à son message, montrant la galère de nombreux passagers avec leurs véhicules à l'intérieur du port d'Alger.