Un baron de la drogue Franco-Algérien, recherché par Interpol, a été arrêté vendredi dernier à l’aéroport de Casablanca, au Maroc, a indiqué l’AFP le 8 juin citant la Direction générale de la Sûreté nationale marocaine (DGSN). Le suspect, âgé de 33 ans, serait impliqué dans plusieurs opérations de trafic d'héroïne et de cocaïne entre la France, la Belgique et les Pays-Bas, indique la même source.

Les services de sécurité marocains ont réussi un coup de filet en interpellant, vendredi dernier, un ressortissant français d’origine algérienne, recherché par Interpol et impliqué dans un réseau international de trafic de drogue, au niveau de l’aéroport international de Casablanca. « Un citoyen français d’origine algérienne qui faisait l’objet d’une notice rouge émise par Interpol a été arrêté à l’aéroport Mohammed V de Casablanca », a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.

Ce ressortissant Franco-Algérien âgé de 33 ans a été interpellé à l’aéroport de Casablanca alors qu’il tentait d’entrer sur le territoire marocain. Le suspect visé par un mandat d’arrêt international est arrêté au Maroc « pour ses liens avec un réseau criminel de trafic international de drogues dures entre la Belgique, la France et les Pays-Bas », précise le communiqué, sans plus de détails. Selon des médias marocains, cités par l’AFP, ce baron de la drogue français d’origine algérienne est en cavale depuis plusieurs années.  Il s'agit de « Noureddine B. » qui faisait l’objet d’une notice rouge d’Interpol, diffusée en avril dernier à la demande des autorités judiciaires françaises, pour « association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants », précise une source de la DGSN.

Le nom de ce Franco-Algérien est cité récemment comme commanditaire lors d'une opération policière antidrogue dans la région d'Orléans, près de Paris, d'où il est originaire, rapportent des médias marocains. En 2018, il était impliqué dans une affaire d'importation de 200 kilos de cocaïne dans le port du Havre en France. En 2019, son nom est cité dans une autre affaire d'importation de drogue à Grenoble depuis le Maghreb via l'Espagne, indiquent les mêmes sources.

En cavale, Noureddine B. a été interpelé en juin 2020 à Villeurbanne, près de Lyon, avant qu’il ne réussisse à nouveau à prendre la tangente. Depuis, il est visé par un mandat d’arrêt international émis par les autorités judiciaires françaises, avant qu’il ne tombe enfin entre les mains de la police marocaine. Suivant la procédure d'usage, la justice marocaine devrait se prononcer prochainement sur son extradition vers la France, indique l’AFP.