Ce sont des navires quasi vides ayant fait la traversée depuis Marseille qui ont mené des responsables de la compagnie maritime Algérie Ferries au tribunal et en prison. Pourtant, cela continue sans que cela n'émeuve personne. Selon une source interne à la compagnie maritime algérienne, qui s'est confiée à ObservAlgérie, au moins deux navires ont fait leurs traversées avec quelques passagers et quelques voitures seulement, ces derniers jours.

Selon la même source, le car-ferry El Djazaïr II a fait la traversée Alger-Marseille avec deux passagers et deux véhicules à bord. C'était le lundi 25 juillet. Notre interlocuteur précise qu'il s'agit du navire qui a effectué la traversée supplémentaire, dimanche 24 juillet, à partir du port de Marseille. El Djazaïr II devait rallier le port de la cité phocéenne pour sa traversée régulière vers Skikda. Il n'est cependant pas question de s'offusquer de cet état de fait, estime-t-il, précisant que dans ce cas de figure, il est tout à fait normal que le navire démarre avec peu de passagers et de véhicules, pour la simple raison que la traversée n'a pas été programmée depuis longtemps. Elle a été décidée moins d'une semaine avant, à la suite des mésaventures vécues par des Algériens au port de Marseille[1]Algérie Ferries annonce des dessertes supplémentaires au départ de Marseille.

Une traversée Alger-Marseille avec deux passagers et deux véhicules à bord

Il est vrai qu'Algérie Ferries perd beaucoup en faisant 760 kilomètres avec deux passagers et deux véhicules à bord, mais cela est inévitable quand il s'agit d'une traversée décidée à la dernière minute, et ce, sans donner le temps aux voyageurs potentiels de s'informer de la traversée et de réserver leurs places. Pour notre interlocuteur, c'est ce qui s'est passé au début du mois de juin quand le PDG de la compagnie a été limogé et traîné devant les tribunaux[2]Algérie Ferries : Voilà pourquoi deux navires étaient quasi vides cette semaine[3]Le directeur général d'Algérie Ferries limogé.

En effet, après la hausse des vols et des traversées maritimes annoncée, le 19 mai dernier, par le ministère des Transports, les autorités algériennes avaient mis du temps pour autoriser Algérie Ferries à lancer les traversées supplémentaires ajoutées au programme de la compagnie. C'est ce qui s'est passé avec la traversée du 2 juin effectuée par le Badji Mokhtar III et qui avait transporté 75 passagers et 26 véhicules seulement, alors que les capacités du nouveau bijou méditerranéen d'Algérie sont de 1800 passagers et 700 véhicules. Le lendemain, la traversée de Marseille vers Skikda a eu lieu avec moins de 30 personnes et de 30 véhicules à bord du Tassili II[4]Des navires quasi-vides : Que se passe-t-il chez Algérie Ferries ?.

Le ferry Badji Mokhtar III d'Algérie Ferries

Le ferry Badji Mokhtar III d'Algérie Ferries. Source : Vessel Finder

La réaction incompréhensible des autorités algériennes

Cela a fait scandale sur les réseaux sociaux, malgré le fait que le management d'Algérie Ferries n'était pas responsable des traversées concernées. Notre interlocuteur comprend que ces deux traversées provoquent un tollé auprès de la diaspora algérienne qui souffre toujours de la situation induite par la crise sanitaire, mais dit ne pas comprendre la réaction des autorités algériennes et de la tutelle, qui sont censées comprendre que la mise en vente des billets trois ou quatre jours avant la date de la traversée ne pouvait que mener vers des navires vides à faire traverser. Et s'il y avait des gens à sanctionner dans cette histoire, c'était bien ceux, parmi les responsables, qui ont pris tout leur temps pour autoriser la mise en vente des billets des nouvelles traversées. Il est important, d'ailleurs, de souligner qu'en Europe, les congés et les vacances se planifient des semaines, voire des mois à l'avance.

La ligne Alger-Naples n'est pas rentable

Par ailleurs, notre interlocuteur n'a pas manqué d'attirer notre attention sur la nouvelle ligne lancée par la compagnie maritime algérienne, en l'occurrence celle reliant Alger à la ville italienne de Naples. Pour lui, c'est une ligne qui n'est pas rentable pour Algérie Ferries. Pour sa première traversée effectuée le 22 juillet, avec un retour depuis Naples opéré le 24 juillet, les chiffres sont effarants pour cette ligne lancée sur décision du Chef de l'État, et ce, à l'occasion de sa visite d'État en Italie.

En effet, pour aller vers Naples, dans le sud de l'Italie, le Tariq Ibn Ziyad a fait 28 heures avec à son bord les membres de l'équipage et six véhicules qui leur appartiennent. Donc une traversée aller qui est une perte totale pour Algérie Ferries. Pire encore, le retour a eu lieu le 24 juillet avec 176 véhicules à bord (pour une capacité de 500) et environ 200 passagers (pour une capacité de 1300). C'est dire que c'est une perte sèche pour Algérie Ferries, prise dans le piège d'une décision politique sans fondement commercial.

Histoire de narguer l'Espagne avec laquelle les relations se sont dégradées depuis que le gouvernement de Pedro Sánchez a opéré une volte-face dans le dossier du Sahara occidental[5]Pourquoi l'Espagne a changé sa position par rapport au Sahara occidental, le Chef de l'État algérien a cru bon de lancer une ligne entre l'Algérie et l'Italie pour signifier aux Espagnols que l'Algérie se tourne désormais vers l'Italie et entend bien développer ses relations avec la Botte de l'Europe. Mais les décideurs ne semblent pas avoir mûrement réfléchi l'idée.

Les autorités n'ont pas bien pensé la ligne entre l'Algérie et l'Italie

En effet, les autorités devaient réfléchir l'idée avant de la lancer concrètement. D'abord, les dirigeants algériens sont censés savoir que les Algériens en Italie ne sont pas assez nombreux pour mobiliser des car-ferries pour organiser leurs déplacements entre les deux pays. Mais puisqu'il y a ce « côté » politique de la question, les décideurs auraient pu choisir le port de Gênes comme destination à desservir pour deux raisons principales.

La première, c'est qu'elle est située au nord de l'Italie, où les Algériens sont installés en majorité. Donc, Gênes arrange les Algériens d'Italie plus que Naples. Ensuite, Algérie Ferries remplirait plus ses navires depuis le port de Gênes, surtout que c'est une ville qui est située à moins de 200 kilomètres de la frontière française. Les Algériens de France pourraient donc se mobiliser avec ceux d'Italie pour remplir les navires d'Algérie Ferries et rentabiliser les traversées.

Port de Gênes (Italie)

Port de Gênes (Italie), à l'aube. CC BY-ND 2.0, tsbl2000.