Le montant de l’allocation touristique en Algérie est jugé dérisoire par la majorité des Algériens désirant voyager à l’étranger. En effet, que peut faire un touriste algérien avec une allocation touristique estimée à 100 euros ? Une question qui ne cesse d’alimenter les débats en Algérie depuis plusieurs années notamment en période de grandes vacances.

Depuis quelques jours, le débat resurgit en Algérie à propos du montant de l’allocation touristique en devise qu’un citoyen algérien a le droit d’échanger au niveau de la Banque lors de son voyage à l’étranger.

Institué le 15 septembre 1997 par une instruction de la Banque d’Algérie relative au droit de change pour voyage à l’étranger, le montant annuel de l’allocation touristique, appelé « droit de change pour dépenses liées à des voyages à l’étranger », est fixé à 15 000 dinars pour chaque année, cette somme équivaut aujourd’hui 102 euros, selon le taux officiel de change. Ce montant est de moitié (7500 dinars) pour les enfants âgés de moins de 15 ans. Le montant de 15 000 dinars n’est pas cumulable d'une année à l'autre. Le voyageur peut demander cette allocation auprès de tout guichet de banque ou établissement financier et intermédiaire agréé.

Instauré en 1997, le montant de l’allocation touristique en Algérie n’a pas évolué

Près de 25 années après son instauration, le montant de l’allocation touristique en Algérie n’a pas évoluée alors que le marché de la devise a connu de nombreux bouleversements. En effet, en fixant le montant à 15 000 dinars, l’allocation touristique ne cesse de connaitre une baisse en raison de la déprécation du dinar algérien face aux principales devises (euro et dollar). La somme en devise que le touriste algérien recevait en 1997 en échange de 15 000 dinars est devenue insignifiante de nos jours en raison de la baisse de la valeur de la monnaie nationale.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

Depuis 2020, et suite à la dépréciation sans précédent du dinar, le montant de l’allocation touristique en devise a atteint 85 euros pour 15 000 dinars. Un montant tellement dérisoire que la majorité des Algériens qui désirent voyager à l’étranger dans le cadre du tourisme ou d'une visite familiale n'échangent même pas cette somme auprès des banques. En effet à quoi servira la somme de 85 euros pour un séjour à l’étranger et ce quelque soit le pays de destination ?

Que fera un touriste algérien avec 100 euros lors de son séjour à l'étranger ?

Même en gagnant quelques euros, ces dernières semaines suite à la légère montée du dinar face aux autres devises étrangères, le montant de l'allocation touristique, qui a atteint 102 euros pour 15 000 dinars, reste toujours dérisoire, estiment la majorité des touristes algériens. Ces derniers, qui ont programmé leurs voyages à l’étranger à l’occasion de la saison estivale, sont contraints de changer leurs dinars au marché noir de la devise. Un marché où 1 euro se négocie aux alentours de 211 dinars.

C’est pour dire que le touriste algérien doit débourser une somme astronomique en recourant au marché noir de la devise afin de pouvoir s’offrir le montant nécessaire pour son séjour à l’étranger. En effet, sans passer par le marché parallèle, que peut faire un touriste algérien avec un montant de 102 euros qu’il aura à échanger au niveau de la banque ? Une famille de quatre personnes (le père, la mère avec 2 enfants en bas âge) a droit à une allocation de 306 euros pour 45 000 dinars, puisque les deux enfants n’ont droit qu’à la moitié du montant, selon le règlement de la Banque d’Algérie.

À lire aussi :  La harga devient un projet familial en Tunisie

L’allocation touristique ne peut même pas assurer les frais d’hébergement

Si cette famille se contente uniquement de ces 306 euros échangés au niveau de la banque, que va-t-elle faire de cette somme durant son séjour à l’étranger ? Admettant que cette famille se rendra en Tunisie, la somme de 306 euros qui constitue le total de l’allocation touristique, va-t-elle leur assurer les nombreuses charges durant leur séjour ? Impossible, car si on prend uniquement les frais de l’hôtel[1]Vacances d'été : Tarifs des hôtels en Algérie et à l'étranger, cette famille ne pourra même pas séjourner pour 3 jours.

En effet, un hôtel 3 étoiles situé au centre de Tunis propose une nuitée pour 2 personnes à 48 euros. Ce qui veut dire qu’un séjour pour 4 personnes coûtera 96 euros la nuit. Avec la somme de 306 euros comme allocation touristique, cette famille ne pourra pas passer 3 nuitées sans prendre en compte les autres charges liées à son séjour à Tunis. Pour un touriste qui va choisir la Turquie, l’allocation touristique de 102 euros ne va même pas lui assurer deux jours dans un hôtel moyen standing à Istanbul, où le prix d’une chambre est affiché à 70 euros la nuitée.

Si le touriste algérien opte pour la Grèce, son allocation touristique peut lui assurer à peine deux nuitées dans un hôtel d’Athènes. Pour 51 euros la nuitée, vous pouvez en effet séjourner à l’hôtel « Elena » situé dans la capitale Athènes. Mais si vous choisissez par exemple l’hôtel « Anneta's suite » situé à 2,5 km de la plage de Leros Alinda, vous devez débourser 98 euros la nuitée en pension simple. Ce qui veut dire que l’allocation de 102 euros va suffire à une seule nuit.

À lire aussi :  Le calvaire des demandeurs de titre de séjour en Seine-Saint-Denis

Voici le montant de l’allocation touristique au Maroc et en Tunisie

Cette somme de 102 euros accordée par les autorités algériennes en guise d’allocation touristique ne peut donc même pas assurer les frais dans un hôtel moyen pour un séjour d’une semaine à l’étranger. Cette somme insignifiante est loin de rivaliser avec l’allocation touristique accordée aux ressortissants marocains et tunisiens comme le montrent les chiffres.

Au Maroc, l’allocation touristique annuelle pour les voyages personnels s'élève, depuis janvier 2022, à 100 000 dirhams (près de 10 000 euros) alors qu’elle était de l’ordre de 45 000 dirhams (4 500 euros). En Tunisie, le montant de l'allocation touristique est fixé à la somme de 6 000 dinars tunisiens par année civile (1er janvier - 31 décembre). Une somme qui équivaut à 1 864 euros au change officiel.