Le président français Emmanuel Macron est attendu en Algérie le 25 août prochain pour une visite officielle de travail qui durera 3 jours. Il sera accompagné de ministres, mais aussi de personnalités de divers horizons. À ce titre, le grand-rabbin de France est annoncé comme faisant partie de l'importante délégation qui accompagnera Macron en Algérie.

Après plusieurs mois de crispation, les relations diplomatiques entre l'Algérie et la France commencent à retrouver leur cours normal. Ce réchauffement entre les deux pays sera d'ailleurs couronné par cette visite d'État en Algérie du président Emmanuel Macron. Une visite prévue du 25 au 27 août prochain, d'après l'Élysée, qui l'a annoncée dans un communiqué publié le samedi 20 août[1]L'Élysée confirme la visite du président Macron en Algérie.

Selon l'Élysée, cette visite « contribuera à approfondir la relation bilatérale tournée vers l'avenir au bénéfice des populations des deux pays, à renforcer la coopération franco-algérienne face aux enjeux régionaux et à poursuivre le travail d'apaisement des mémoires ». Emmanuel Macron sera accompagné d'une importante délégation composée des ministres Catherine Colonna (Affaires étrangères et Coopération européenne), Bruno Le Maire (Économie et Finances) et Gérald Darmanin (Intérieur), rapporte le Journal du dimanche dans son édition du 20 août[2]Pourquoi Emmanuel Macron retourne-t-il en Algérie ?.

Le président français, qui devra aussi visiter la ville d'Oran, abordera avec son homologue algérien Abdelmadjid Tebboune « les grands dossiers des préoccupations communes », a ajouté l'hebdomadaire français. Parmi les thèmes qui seront abordés par les deux chefs d'État figurent essentiellement « la guerre menée par la Russie en Ukraine » et ses conséquences sur l'approvisionnement des Européens en gaz « à l'heure où nombre d'entre eux se tournent vers l'Algérie ».

Le recteur de la Grande mosquée de Paris et le grand-rabbin de France au sein de la délégation qui visitera l'Algérie avec Emmanuel Macron

Les questions politiques seront également au menu des discussions entre Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune, dont notamment le problème des visas et les relations bilatérales[3]Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz, Contribution. Le dossier de la mémoire sera aussi abordé, surtout que le président Emmanuel Macron sera accompagné de son conseiller à la mémoire et historien spécialiste de l'Algérie Benjamin Stora. Le rapport de ce dernier sur la « réconciliation des mémoires »[4]60 ans de l'indépendance : Abdelmadjid Tebboune reçoit l'historien Benjamin Stora[5]Algérie-France : La proposition de Tebboune à Benjamin Stora sur la question de la mémoire sert de « mode d'emploi » au chef de l'État français, écrit l'hebdomadaire français.

Parmi les personnalités qui devront accompagner Emmanuel Macron lors de sa visite en Algérie figure aussi le recteur de la Grande mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz. Le média français affirme que l'autre figure religieuse qui devrait faire partie de la délégation qui accompagnera le président français Emmanuel Macron en Algérie n'est autre que le représentant des juifs de France, Haïm Korsia.

Né le 27 septembre 1963 à Lyon, le rabbin Haïm Korsia n'a jamais connu le pays de ses parents – tous deux nés en Algérie – à Tlemcen et à Oran –. Ce serait alors « la première personnalité religieuse juive au sein d'une délégation officielle à visiter l'Algérie », précise le JDD. Le grand-rabbin de France est la plus haute personnalité religieuse de la communauté juive française. À ce titre, il a une autorité morale sur l'ensemble des rabbins français.