Un avion d’Air Algérie a frôlé la catastrophe à l’aéroport de Lyon

Avion d'Air Algérie

Un avion de la compagnie aérienne nationale Air Algérie a frôlé la catastrophe à l’aéroport de Lyon. Alors qu’il assurait le 5 septembre un vol commercial entre Oran et Lyon, l’avion de la compagnie algérienne a évité de justesse une collision avec un autre appareil de la compagnie néerlandaise KLM, au moment de son atterrissage à l’aéroport Lyon Saint Exupéry en France.  

Les collisions entre les avions dans les airs sont rares mais peuvent toutefois survenir en cas de manquement aux règles. Et afin d’éviter une éventuelle collusion entre deux avions, les contrôleurs aériens ont recours à la séparation des avions dans un espace donné dans les airs en les maintenant à des distances réglementaires pour éviter tout incident.

Une procédure qui est également appliquée lors du décollage et de l’atterrissage des avions au niveau des aéroports. Appelée séparation sur piste, cette procédure consiste à laisser la piste d’atterrissage vide de tout autre appareil lorsqu’un avion amorce son décollage ou atterrissage. Une procédure qui aurait certainement échappée aux contrôleurs de l’aéroport Lyon Saint Exupéry, en France, le 5 septembre dernier.

Un avion d'Air Algérie a évité une collision avec un appareil de KLM

En effet, selon le journal régional Le Progrès, le site spécialisé The Aviation Herald, le vol AH1080 de la compagnie Air Algérie, en provenance d’Oran, entamait son atterrissage sur une piste de l’aéroport de Lyon. Sur la même piste, et au même moment, un autre avion, de la compagnie néerlandaise KLM, amorçait son décollage pour le vol KL-1414, à destination d’Amsterdam.

La règle veut qu’une distance de sécurité soit garantie entre deux avions, circulant sur une même piste. Comme c’est le cas pour ces deux avions d’Air Algérie et de KLM durant cette matinée du 5 septembre à l’aéroport de Lyon. Mais, selon le Bureau  français d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA), il y a eu une "perte de séparation sur piste entre un avion au décollage et un avion à l’atterrissage".

Selon les données ADS-B, le vol AH-1080 d’Air Algérie s'est posé dans la zone de toucher de la piste lorsque le KL-1414 au départ venait de traverser l'extrémité de la piste. Il y avait environ 1900 mètres/1,03 nm entre les deux avions à ce point. "Cela veut dire, très simplement, que la distance de sécurité n’a pas été respectée par l’un des engins", explique le  BEA qui n’a enregistré aucun contact entre l’avion d’Air Algérie et celui de KLM. L’évènement en question, qualifié d’incident par le BEA, fait l’objet d’une enquête.

Retour en haut
Share via
Copy link