Pour les citoyens de l'Afrique du Nord, l'obtention d'un visa vers les pays de l'espace Schengen est un parcours du combattant. Ce parcours commence par le rendez-vous de dépôt de dossier, sujet à un commerce juteux. Cette étape passée, les réponses aux demandes sont souvent négatives et les raisons des refus sont floues ou incongrues. Les Algériens, Marocains et Tunisiens sont les mal-aimés de l'Europe et ont d'énormes difficultés à avoir ce titre de voyage. Il faut ajouter à cela le traitement dont ces citoyens sont victimes de la part des consulats des pays de l'Union européenne.

C'est dans ce contexte que certains citoyens s'insurgent. Au Maroc, la Coalition marocaine des organisations des droits humains, qui regroupe une vingtaine d’ONG, a dénoncé, le 19 novembre, « le traitement humiliant et dégradant » de certains consulats des pays membres de l’Union européenne au Maroc à l’égard des demandeurs de visa.

Ces organisations ont protesté contre ces comportements dans une lettre ouverte  adressée à Patricia Llombard, ambassadrice de l’UE à Rabat. Dans cette lettre, le collectif souligne que ce traitement « s'est intensifié récemment » et ajoute que le refus du visa est devenu systématique.

Ainsi, la coupe est pleine pour les Marocains. L’agence de presse espagnole EFE, qui a rapporté l'information, indique que ces ONG ont critiqué la réduction « significative et surprenante » du nombre de visas par la fermeture « volontaire, totale ou partielle » des plateformes de prise de rendez-vous[1]Demande de visa Schengen : Les prestataires VFS Global et TLS Contact pointés du doigt. Elles ont aussi fustigé le fait que les consulats ne donnent pas d’explications sur le refus des demandes et ne restituent pas les frais de dossier aux demandeurs dont les demandes ont été rejetées[2]La France appelée à rembourser les frais de visas refusés[3]Non-remboursement des frais de visa refusés : la France s'explique.

La lettre ouverte donne comme exemple le cas de la France, qui a officiellement réduit de moitié l’octroi de visas aux Marocains depuis septembre 2021[4]La France sanctionne l'Algérie et réduit le nombre de visas Schengen aux Algériens. Depuis, d’autres consulats, comme ceux d’Espagne, ont constaté une augmentation des demandes de visa et agissent d'une manière peu respectueuse envers les citoyens du Royaume. Il faut souligner qu'Emmanuel Macron a encore une fois défendu la mesure de restriction des visas pour les Algériens et Marocains ce 20 novembre. Le président français continuera donc à mener la même politique envers les citoyens de ces deux pays.