Les relations entre le Maroc et l'Espagne ont connu une nette amélioration depuis le changement de position du gouvernement espagnol par rapport à la question du Sahara occidental. Cependant, entre les deux pays « voisins », plusieurs dossiers empoisonnent ces relations à long terme. En effet, la persistance des revendications du Maroc sur Ceuta et Melilla n'arrange pas le Royaume ibérique.

Pour faire face à ces revendications, l'Espagne a décidé de renforcer sa présence dans les eaux de ces deux enclaves. Ainsi, la Marine espagnole a déployé 3 frégates dans ses eaux proches du Maroc. La première a été déployée à Ceuta (Reina Sofía F-84) et les deux autres à Melilla (Navarra F-85 et Canarias F-86). À la suite de ce déploiement, des journées portes ouvertes de deux jours sont prévues pour permettre aux citoyens de visiter ces frégates de la série F-80 en service depuis plus de 30 ans.

L'Espagne ne compte donc pas rester les bras croisés devant les revendications marocaines1. Elle a réagi de la sorte après avoir appris que la réunion de haut niveau avec le Maroc, prévue pour la fin de cette année, a été reportée en janvier ou février 2023, fait savoir le journal espagnol El Debate.

Il faut dire que la souveraineté espagnole sur ces deux enclaves n'est pas acceptée par le Maroc. Au mois d'octobre 2022, le Royaume chérifien a remis à l'odore du jour la question. Dans une lettre adressée au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme en octobre, le Maroc a affirmé qu’il « n'a pas de frontières terrestres avec l’Espagne » et que « Melilla continue d’être un territoire occupé ».

À lire aussi :  Une forte délégation espagnole, présidée par Pedro Sanchez, débarque au Maroc

La décision du président du gouvernement espagnol de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara n'a ainsi pas influencé les revendications marocaines2. Pedro Sánchez a tenté de mettre un terme à la polémique en déclarant récemment que « Ceuta et Melilla sont espagnoles, point final ». Cependant, le Maroc ne l'entend pas de cette oreille. Ce conflit est parti pour être un os dans les relations bilatérales à l'avenir, d'autant plus que le Royaume marocain revendique les eaux juridictionnelles de l’Espagne, notamment les rochers et îlots espagnols.


  1. Maroc-Espagne : Ceuta et Melilla ne seront pas protégées par l'OTAN 

  2. Sahara occidental : Révélations de la CIA sur l'accord entre le Maroc et l'Espagne