Les inquiétudes sur l'économie chinoise font chuter le pétrole

Les prix du pétrole ont renoué avec leur tendance baissière en ce début de l'année 2023. Ce jeudi 5 janvierle baril de Brent de la mer du Nord, référence pour le pétrole algérien, a reculé sur les marchés pétroliers ; il est cédé à 79,77 dollars. De son côté, le baril de West Texas Intermediate (WTI) chute également ; il est cédé à 74,75 dollars.

Ce recule des prix du pétrole est moins important que le recul enregistré la veille où le baril a perdu plusieurs dollars. Cette baisse est due aux inquiétudes autour de la situation sanitaire en Chine, le premier importateur mondial de brut faisant face à un important regain épidémique de Covid-19. En effet, la Chine fait face à sa pire flambée de cas de Covid depuis le début de la pandémie, ce qui se traduit par des « perspectives économiques incertaines à court terme » pour le pays, estime Craig Erlam, analyste d’Oanda.

Cette nouvelle crise sanitaire fait craindre le pire aux économistes, d'autant plus que des espoirs ont été placés dans la relance chinoise. Cependant, il s'avère que « malgré l’assouplissement de sa politique zéro Covid, l’économie chinoise s’affaiblit », affirment les analystes. Ces derniers ont souligné que l’activité manufacturière en Chine a reculé en décembre pour le cinquième mois de suite.  Les usines ont été perturbées par des foyers de contamination. Ainsi, ces analystes prévoient que « l’activité économique et la demande de pétrole du premier importateur mondial de brut continueront à s’affaiblir à mesure qu’il apprendra à vivre avec le virus ».

Économie Réserves d'or et production aurifère en Algérie : Tout ce qu'il faut savoir

De son côté, le gaz naturel en Europe a chuté à son plus bas depuis fin novembre 2021, en raison des températures particulièrement douces pour la saison. Le 4 janvier, le contrat à terme du TTF néerlandais, considéré comme la référence européenne, dégringolait de près de 10 %, s’échangeant à 65,00 euros le mégawattheure (MWh), peu après être descendu jusqu’à 64,045 euros. En effet, la consommation de gaz des particuliers est fortement liée aux températures extérieures.


Vous aimez cet article ? Partagez !