3000 euros pour un faux contrat de travail : Des travailleurs marocains exploités en Espagne

Un réseau criminel exploitant des travailleurs marocains a été démantelé dans le sud de l’Espagne, a indiqué le 5 janvier la police espagnole. Ce réseau criminel est soupçonné de faire venir illégalement en Espagne des migrants, majoritairement marocains, en leur faisant payer de faux contrats de travail.

Les réseaux de trafic de migrants en Europe continuent à brasser de fortes sommes d’argent en exploitant la détresse des ressortissants des pays du sud de la Méditerranée. Ces réseaux criminels font miroiter monts et merveilles à des migrants en leur promettant du travail en Europe en contrepartie de sommes d’argent. Ils opèrent souvent avec la complicité de patrons d’entreprises véreux, qui exploitent ces travailleurs migrants.

C’est d’ailleurs ce qui se confirme avec cette affaire dévoilée par la police espagnole. En effet, 43 individus soupçonnés d’appartenir à un réseau exploitant des travailleurs immigrés, majoritairement marocains, auxquels ils vendaient à prix d’or de faux contrats de travail, ont été arrêtés dans le sud de l’Espagne, a annoncé jeudi 5 janvier la police espagnole dans un communiqué.

Faits-divers Ivre et drogué, un Algérien sème la terreur dans un quartier en Italie

Les victimes « étaient principalement des citoyens marocains », les personnes interpelées étant « de différentes nationalités », a indiqué la police espagnole, sans préciser lesquelles. Selon le communiqué repris par l’AFP, les arrestations ont eu lieu dans la province de Málaga, en Andalousie. Au moins sept entreprises agricoles étaient dans la combine pour « faire travailler illégalement » ces migrants, qui étaient « logés dans des conditions inhumaines dans des maisons appartenant à l’organisation ».

Jusqu'à 3000 euros pour un faux contrat de travail en Espagne

Les trafiquants vendaient jusqu’à 3000 euros de faux contrats de travail qui devaient permettre aux migrants de régulariser leur situation. Touchée par une pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs, l’Espagne a récemment adopté une nouvelle loi sur l'immigration qui permettra d’inclure les travailleurs migrants en situation irrégulière sur le marché du travail. La nouvelle loi permet à tous les sans-papiers étrangers qui vivent en Espagne depuis deux ans ou plus de régulariser leur situation s'ils sont qualifiés ou formés pour être employés dans des secteurs en pénurie.

L’Espagne est réputée pour être l’une des principales portes d’entrée de l’immigration en Europe. En 2022, l’immigration clandestine a baissé de 25,6 % par rapport à l’année précédente, avec 31 219 arrivées contre 41 945 en 2021, selon des chiffres publiés mardi 3 janvier par le ministère espagnol de l’Intérieur. « Les travailleurs migrants courent un risque plus grand de se retrouver en situation de travail forcé que les autres travailleurs », avait indiqué l’Organisation internationale du Travail (OIT) dans un rapport publié en septembre.


Vous aimez cet article ? Partagez !