Révélation dans l'affaire de l'Algérienne tuée aux Buttes-Chaumont, à Paris

L'on connaît désormais l'auteur du crime dont a été victime la ressortissante algérienne de 46 ans retrouvée morte et découpée en morceaux dans le parc des Buttes-Chaumont, à Paris, les 13 et 14 février. Assia B., mère de 3 enfants, avait disparu dans la nuit du 30 au 31 janvier à Montreuil, en Seine Saint-Denis.

Selon Le Parisien, il s'agit du mari de la victime, Youcef M. qui est passé aux aveux à la suite de sa garde à vue depuis le 23 février. Les médias français n'ont pas révélé les circonstances du meurtre et les raisons ayant conduit l'individu à tuer son épouse, mais c'est lui qui a signalé sa disparition à la police. Un signalement effectué, cependant, une semaine après la disparition, ce qui a éveillé les soupçons des enquêteurs.

L'Algérienne identifiée grâce à ses empreintes digitales

L'énigme du corps de la femme démembré retrouvée dans le parc des Buttes-Chaumont est finalement résolue, après les aveux faits par le mari de la victime. Il importe de rappeler que le corps a été retrouvé dans le parc des Buttes-Chaumont en deux actes. Lundi 13 février, des agents d'entretien du parc ont découvert le bassin de la victime. Après l'alerte, une opération de recherche a été lancée pour retrouver les autres membres de son corps. Et ce n'est que le mardi 14 février que la tête et les mains de l'Algérienne ont été découvertes sur une voie ferrée, située à l'entrée est du parc.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche

C'est justement grâce à ses mains et les empreintes digitales que la victime avait été identifiée comme étant Assia B., l'Algérienne qui a disparu fin janvier de son domicile de Montreuil. Et c'est grâce à la découverte de son corps que l'enquête sur sa disparition a connu une avancée. C'est la brigade criminelle de la police française qui a mené l'enquête après la découverte du corps démembré de l'Algérienne. Une brigade dont les éléments ont dès le départ soupçonné le mari, notamment en raison du retard fait pour signaler la disparition.


Vous aimez cet article ? Partagez !