Braquage à main armée dans une bijouterie en Kabylie

Cinq individus impliqués dans un braquage à main armée dans une bijouterie à Larbâa Nath Irathen, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, ont été arrêtés, a indiqué la Sûreté de wilaya dans un communiqué rendu public le lundi 3 avril. Le butin, des bijoux essentiellement en or et une importante somme d’argent ont été récupérés, selon la même source.

Revoilà les affaires de holdup à main armée contre des commerces en Kabylie. En effet, dans un communiqué transmis le lundi 3 avril aux médias, la Sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou a indiqué que les services de police de la daïra de Larbâa Nath Irathen ont reçu une plainte d’un propriétaire d’une bijouterie dans la ville de LNI indiquant qu’il avait fait objet d’un vol sous la menace d’arme à feu et d’une agression perpétrée par deux individus.

Dans sa déposition, la victime affirme que les deux agresseurs se sont accaparés d’une quantité de bijoux avant de prendre la fuite vers une destination inconnue. Suite à cette plainte, les éléments de la brigade de recherches et d’investigation (BRI) de la Sûreté de daïra de Larbâa Nath Irathen, en collaboration avec le procureur de la République, ont entamé des investigations qui n’ont pas tardé à aboutir, selon le communiqué de la Sûreté de wilaya.

Faits-divers Arrivée d'Algérie, elle finit SDF avec son fils en France

Les auteures du braquage à main armée arrêtés et des bijoux volés récupérés

Les investigations ont permis d’identifier et d’arrêter les auteurs impliqués dans le braquage à main armée dans la bijouterie. Il s’agit de 5 individus âgés de 22 à 48 ans, selon la même source. L’opération policière s’est soldée également par la récupération de 17 unités de bijoux en or jaune d’un poids de 83,7 g, de 7 unités de bijoux en or blanc d’un poids de 112,11 g et d’une somme 60 millions de centimes de dinars – revenus de la vente des bijoux volés.

Les policiers de la sûreté de daïra de Larbâa Nath Irathen ont également récupéré lors de ladite opération deux véhicules touristiques utilisés par les membres du réseau dans leurs déplacements, et des téléphones portables, précise la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou dans son communiqué. Présentés le 3 avril devant le procureur de la République, quatre mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt et le cinquième a été remis en liberté, ajoute la même source.


Vous aimez cet article ? Partagez !