Issad Rebrab interdit d'exercer toute activité commerciale ou de gestion

L'homme le plus riche d'Algérie connaît de nouveaux démêlés avec la justice. En effet, Issad Rebrab, ex-PDG du groupe Cevital, avait été placé le 18 mai sous contrôle judiciaire par le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'Hamed. Cependant, les ennuis de l'homme d'affaires ne s'arrêtent pas la.

Issad Rebrab, qui a annoncé sa démission de la gestion du groupe Cevital en juin 2022 et qui a remis le flambeau à son fils, Malik Rebrab, ne pourra plus et jusqu'à nouvel ordre gérer une entreprise. En effet, selon un document officiel daté du 23 mai 2023, Issad Rebrab est interdit de toute activité commerciale ou de gestion au sein de l'entreprise.

Ce document largement partagé sur les réseaux sociaux est signé par le juge d’instruction du pôle économique et financier près le tribunal de Sidi M’hamed. Il est adressé aux présidents des chambres régionales des notaires. Il stipule qu'Issad Rebrab « est interdit d’exercer toute activité commerciale ou tout autre mission en sa qualité d’administrateur ou de membre du Conseil d’administration ou de toute activité de gestion au sein de l’entreprise ».

Économie Réserves d'or et production aurifère en Algérie : Tout ce qu'il faut savoir

Cette décision parvient un peu plus d'une semaine après le placement de l'ex-PDG de Cevital sous contrôle judiciaire. Issad Rebrab est sous procédure judiciaire pour « des faits relatifs à des transactions avec des entités dont le siège est établi à l’étranger » et cela depuis le 18 mai de l'année en cours.

Ainsi, Issad Rebrab, qui avait annoncé sa retraite de la direction de son groupe Cevital, est encore une fois rattrapé par une affaire de justice. Il faut rappeler que l'homme le plus riche d'Algérie avait été condamné par le tribunal de Sidi M'Hamed le 31 décembre 2019 à 18 mois de prison, dont 6 mois ferme, et une amende de 1,3 milliard de dinars. Issad Rebrab, qui avait déjà passé huit mois en détention provisoire, avait cependant été libéré. La justice reprochait à l’ex-PDG de Cevital la surfacturation d’équipements de purification d’eau importés par sa filiale EvCon.


Vous aimez cet article ? Partagez !