Abandonnée en 1995 dans une maternité en France, elle veut retrouver ses parents algériens

abandonned baby stroller

Une femme de 28 ans, née sous X et abandonnée à sa naissance par sa mère dans une maternité en France, ne cesse de remuer ciel et terre afin de retrouver ses parents algériens. Aujourd’hui mère de famille, Solène Shayma Tempez, adoptée par un couple de français à sa naissance, est depuis plusieurs années à la recherche tous les éléments qui pourraient l’aider à découvrir ses origines algériennes.

C’est une histoire poignante que raconte le journal français « Le Courrier Picard ». Solène Shayma Tempez a été abandonnée par sa mère algérienne sous le nom de Leslie Marine Charlotte le 8 mai 1995 à la maternité Sainte-Claire d’Amiens au nord de la France. Ce jour là, une femme d’origine algérienne donne naissance à une petite fille, chez elle, sans médecin. Quelques heures plus tard, elle se rend à la maternité Sainte-Claire, rue Albéric-de-Calonne, dans le quartier Henriville.

La mère annonce au personnel de la clinique qu’elle souhaite abandonner son bébé sous X. Elle choisit elle-même trois prénoms pour sa petite fille : Leslie, Marine et Charlotte. La jeune femme indique aussi au personnel de la maternité que le père biologique est également algérien. Elle décide ensuite de partir sans laisser ni lettre, ni information permettant de la retrouver un jour.

28 ans plus tard, le bébé né sous X, devenu une femme et mère de 4 enfants, veut à tout prix retrouver les traces de ses parents algériens. « Ça me bouffe de l’intérieur. J’ai besoin de savoir. J’ai besoin de comprendre. Que s’est-il passé ? Quelles sont mes racines ? » s’interroge dans les colonnes du média français celle qui a pris le nom de Solène Tempez lorsqu’elle a été adoptée à l’âge de 6 mois par un couple d’Amiénois.

Née sous X  il y a 28 ans en France, elle ne désespère pas de retrouver se parents algériens

Devenues adulte, celle qui est née sous X décide de lancer des recherches afin de retrouver ses parents biologiques, mais sans succès. L’assistante sociale qui a suivi son dossier et la sage-femme qui a vu sa maman n’ont pas souhaité prendre contact avec elle. Entre temps, Solène Shayma (prénom ajouté à l’âge adulte) se marie et fonde une famille. Elle déménage dans le sud de la France avec ses parents adoptifs et y mène une vie paisible avec ses 4 enfants.

Mais elle est toujours hantée par l’histoire de ses origines. Son mari l’encourage à continuer les recherches en publiant des messages sur les réseaux sociaux. Elle lance un appel à l’aide pour retrouver des témoins de sa naissance : des amis de ses parents, des voisins, peut-être. Solène Shayma avait même tenté de prendre contact avec l’émission « Y’a que la vérité qui compte » et avec un détective privé, « mais je n’ai pas eu de retour », regrette la jeune femme.

Sur les réseaux sociaux, la mère de famille a reçu beaucoup de messages de soutien, mais aussi des messages de la part de personnes qui semblent chercher une fille de substitution. « Ces personnes se font passer pour mes parents. J’ai aussi des personnes qui me disent qu’ils sont probablement mes frères et sœurs. À chaque fois, je réussis à les démasquer, car leurs propos ne sont pas très cohérents », regrette celle qui ne désespère toujours pas de retrouver les traces de ses parents algériens.

Retour en haut
Partager via
Copier le lien