Youcef Atal visé par une enquête en France pour "apologie du terrorisme"

L’affaire de la vidéo d’un prédicateur palestinien, relayée par Youcef Atal sur son compte Instagram, continue de faire parler d’elle en France. L’international algérien de l’OGC Nice est, en effet, dans le viseur la justice française. Ce lundi 16 octobre, le parquet de Nice a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire « pour apologie du terrorisme » contre Youcef Atal.

Visiblement, la polémique suscitée en France par la publication de Youcef Atal sur ses réseaux sociaux, à propos du conflit en Palestine ne veut pas finir, et ce, malgré le fait que le défenseur de l’OGC Nice avait retiré le message et présenté publiquement ses excuses. Ce sont surtout les politiciens de la droite qui se sont emparés de cette affaire pour lui donner des dimensions politiques, allant jusqu’à accuser le joueur algérien de faire l’apologie du terrorisme.

L’affaire a commencé par cette courte vidéo d’un prédicateur palestinien partagée par Youcef Atal sur son compte Instagram. Une vidéo qui appelait à un « jour noir pour les juifs », dans un contexte marqué par les violences et nombreuses victimes en Palestine et en Israël. En vérité, ce n’est pas la position de Youcef Atal en faveur de la Palestine qui pose problème, mais c’est surtout la vidéo qui a accompagné son message de solidarité avec les Palestiniens qui lui a valu des critiques.

Faits-divers Accusé du meurtre de son fils, il refuse son extradition en Algérie

Suite au tollé suscité par sa publication, Youcef Atal qui avait entre temps supprimé la vidéo, a tenu à présenter ses excuses. « J’ai conscience que ma publication a choqué plusieurs personnes, ce qui n’était pas mon intention, et je m’en excuse », a écrit l’international algérien dans un message publié dimanche 15 octobre sur Instagram. « Je condamne toutes formes de violence, où que ce soit dans le monde, et je soutiens toutes les victimes. Jamais je ne soutiendrai un message de haine », ajoute-t-il pour clarifier son point de vue.

France : Les policiers de la droite et de l'extrême droite ne lâchent pas Youcef Atal

Malgré son mea-culpa, Youcef Atal ne semble pas être lâché par certains responsables politiques en France, notamment de la droite et de l'extrême droite. C’est le cas du président du parti Les Républicains (LR), Éric Ciotti. Dans une déclaration ce lundi à France Bleu, celui qui est connu pour ses postions anti-immigration et pourfendeur de tout ce qui touche aux Algériens et à l’Algérie, veut que Youcef Atal soit jugé par la justice pour « apologie du terrorisme ». De plus, il ne souhaite plus voir le joueur algérien porter le maillot de l’OGC Nice.

« C'est insupportable, c'est inacceptable. Pour moi ça relève de l'apologie du terrorisme. J’appelle la justice à s'autosaisir », assène Éric Ciotti. « On ne peut pas laisser passer ça. On ne peut pas tolérer, quel que soit le statut de la personne. Ce n'est pas parce qu'il est footballeur qu'il doit être protégé. Ce n'est pas supportable, ce n'est pas acceptable d'appeler à la mort des juifs », a-t-il poursuivi.

Enquête préliminaire pour "apologie du terrorisme" ouverte par le parquet de Nice

Voulant à tout prix mettre au pilori le latéral droit de l’OGC Nice, le patron des LR a appelé à ce qu' « une enquête judicaire puisse faire toute la lumière et condamner ces propos ». Éric Ciotti est allé jusqu’à demander le départ de Youcef Atal du club niçois. « Je pense que la question fait plus que de se poser. C'est indécent de voir cette personne, avec de tels propos, continuer à jouer », tranche-t-il.

Faits-divers 27 harraga Algériens arrivent en Espagne à bord d'un bateau de pêche

La justice n’a pas tardé à réagir à la suggestion du patron de la droite française. En effet, en début d’après-midi de ce lundi, le parquet de Nice a décidé d' « ouvrir une enquête préliminaire des chefs d'apologie du terrorisme et provocation publique à la haine ou à la violence à raison d'une religion déterminée ». C’est ce qu’ont rapporté plusieurs médias français.  Youcef Atal devra ainsi attendre les résultats de cette enquête pour savoir s’il sera poursuivi ou non en justice.


Vous aimez cet article ? Partagez !