France : Nouvelles mesures de Darmanin concernant les immigrés

La question des immigrés revient à nouveau au devant de la scène politico-médiatique en France. En effet, au lendemain de l’assassinat d’un enneigeant dans un lycée à Arras, par un jeune migrant d’origine tchétchène, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé, samedi 14 octobre, de nouvelles mesures concernant les immigrés en France.

En France, chaque drame impliquant un migrant est une occasion pour une partie de la classe politique mais aussi pour certains responsables du gouvernement de s’attaquer frontalement à l’immigration. Après l’affaire Lola qui a soulevé durant plusieurs semaines la question de l’expulsion des sans-papiers visés par une Obligation de quitter le territoire français (OQTF), un autre drame survenu vendredi en France a remis à nouveau la question de l’expulsion des étrangers impliqués dans des affaires graves.

Lors d'une conférence de presse organisée samedi au ministère de l'Intérieur et 24 heures après l'assassinat de Dominique Bernard, professeur poignardé à mort à Arras par un jeune migrant tchétchène radicalisé, Gérald Darmanin a demandé « l'expulsion systématique de tout étranger considéré comme dangereux par les services de renseignement ».

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?

France : « Expulsion systématique de tout étranger considéré comme dangereux », annonce Darmanin

Se montrant ferme contre les immigrés impliqués dans de graves délits, Gérald Darmanin affirme ne pas faire de distinction entre les immigrés sans-papiers et ceux qui disposent de titres de séjour, concernant les mesures d’expulsion. « La ligne de fermeté est extrêmement claire », a-t-il lancé. « Identification partout sur le territoire national de ceux qui sont dangereux, retrait systématique du titre de séjour pour ceux qui sont étrangers, expulsion systématique de tout étranger considéré comme dangereux par les services de renseignement », précise-t-il.

Le ministre de l’Intérieur vise en particulier les étrangers fichés « au sein du FSPRT », le fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, qui compte « à peu près 5.100 personnes », en « majorité des personnes qui sont françaises, mais également des étrangers en situation régulière ou irrégulière », précise Gérald Darmanin.

« J’ai demandé de retirer systématiquement les titres de séjour des personnes qui sont dans ce fichier FSPRT et qui (représentent) une menace pour notre pays. Beaucoup sont en procédure auprès des tribunaux, sans doute faut-il une nouvelle fois repasser (au crible) l'intégralité des personnes, quel que soit leur statut - protection asilaire, titre de séjour - et quel que soit évidemment leur âge », a ajouté le ministre.


Vous aimez cet article ? Partagez !