Deux Algériens s'échappent d'un centre de rétention en France

Dix étrangers en situation irrégulière, dont deux Algériens, se sont échappés en pleine nuit du centre de rétention administrative (CRA) de Sète au sud la France. Les dix fugitifs, dont un a été retrouvé, « ont pris la fuite en passant par les toits, par les combles », a expliqué une source policière à plusieurs médias français.

Encore une évasion spectaculaire d’un centre de rétention en France, impliquant des ressortissants algériens. En effet, dans la nuit de vendredi 10 au samedi 11 mai, dix étranges en situation irrégulière, dont deux Algériens, se sont évadés du Centre de rétention administrative (CRA) de Sète au sud de la France. Selon le quotidien Midi Libre, les dix personnes ont réussi à échapper à la surveillance de la police aux frontières, l’autorité qui s’occupe de cet établissement, et ont ensuite profité de la nuit pour s’évader vers 2 h 30.

Selon une source policière citée par ce média, « c’est par le toit que se seraient enfuis les dix individus, passant par les combles du bâtiment » qui ne compte au maximum que 28 places. Une zone pourtant équipée d’une alarme qui, pour des raisons qui restent encore à définir, ne se serait pas déclenchée cette nuit-là. Les dix fugitifs, tous des hommes, seraient originaires d'Afrique du nord, à savoir deux Algériens, trois Marocains, quatre Tunisiens, et un Libyen, précise la même source. Ils sont âgés entre 18 et 34 ans.

Faits-divers Ivre et drogué, un Algérien sème la terreur dans un quartier en Italie

Un des évadés du CRA de Sète retrouvé

Dans la soirée du samedi 11 mai, la préfecture de l’Hérault a annoncé que l’un des évadés a été repris sans préciser sa nationalité. Suite à cet événement, le Préfet de l’Hérault présidera une réunion de travail la semaine prochaine avec la « direction interdépartementale de la police » afin d'« étudier les voies et les moyens de mieux sécuriser cet espace de rétention » a précisé la Préfecture à l'AFP. La sécurisation du CRA de Sète est « essentielle, puisque c'est une des priorités pour lutter contre l'immigration irrégulière » qui « passe par des reconduites effectives » à la frontière, a insisté la préfecture.

Le syndicat Alliance Police, par la voix de son secrétaire départemental adjoint Ghislain Marty, confie à Midi Libre « ne pas être surpris qu’un tel événement se produise dans le CRA de Sète ». « Ce n’est pas la première fois ni la dernière que cela se produira », estime le policier. En avril 2023, six personnes s’étaient évadées en profitant d’un défaut de l’aimant de verrouillage de la porte. « Nous ne sommes que cinq personnes pour en surveiller une vingtaine dont certains très déterminés à partir », ajoute le syndicaliste.


Vous aimez cet article ? Partagez !