Production de gaz : Les ambitions de l'Algérie

L'Algérie compte sérieusement augmenter sa production annuelle de gaz naturel, selon une déclaration faite, dimanche 26 mai, par le ministre algérien de l'Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, et ce, lors d'une conférence de presse animée en marge des travaux de la Réunion nationale des directeurs de la distribution du groupe Sonelgaz et des directeurs de l'Énergie et des mines des wilayas.

En effet, à croire le même ministre, l'Algérie a un programme dans ce sens qui court sur les cinq prochaines années. Elle ambitionne de porter sa production annuelle de gaz naturel à environ 200 milliards de mètres cubes. Il ressort aussi des déclarations de Mohamed Arkab que la moitié de cette future production sera dédiée à l'exportation.

« La stratégie d’investissement tracée par la compagnie Sonatrach vise à porter la production de gaz naturel au cours des cinq prochaines années à 200 milliards de m3 par an, conformément aux instructions du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui a ordonné d’augmenter le volume des exportations à 100 milliards de m3 par an », a fait savoir le ministre de l'Énergie lors de cette rencontre avec la presse nationale.

Économie Gaz : Les exportations de l'Algérie vers l'Espagne en hausse

100 milliards de m3 de gaz naturel destinés à l'exportation

Il est utile de préciser que cette volonté d'augmenter la production n'est pas expliquée seulement par la nécessité d'exporter plus, mais aussi par la demande interne de plus en plus importante. D'ailleurs, Mohamed Arkab n'a pas manqué d'expliquer que « l'objectif fixé à court terme, soit dans les cinq ans à venir, est d’atteindre une production de 200 milliards de mètres cubes de gaz naturel pour couvrir la demande croissante au niveau national et augmenter les volumes destinés à l’exportation ».

Donc, si l'on prend en considération la production annuelle actuelle qui est de 137 milliards de mètres cubes, les autorités veulent aller vers une hausse d'environ 50 % de production de gaz naturel. Selon le ministre de l'Énergie, cela est rendu nécessaire par l'entrée en exploitation de plus de 1400 nouvelles usines en 2023/2024 et la distribution de plus de 500'000 logements par année.

Des contrats de partenariat avec des compagnies mondiales visent à augmenter la production de l'Algérie

Cela « nécessite d'assurer l'approvisionnement en gaz naturel et de s'adapter au développement économique du pays à tous les niveaux », indique Mohamed Arkab qui estime qu'il est important d'augmenter la production de gaz naturel de l'Algérie et qui rappelle que « les contrats de partenariat conclus récemment par le groupe Sonatrach avec de grandes compagnies mondiales, dans le cadre des dispositions de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, s’inscrivent dans cette optique ».

Il est vrai que la société nationale des hydrocarbures, Sonatrach, a signé récemment un protocole d'accord avec le groupe pétrolier américain Exxon Mobil, visant à identifier des opportunités d'investissement pour le développement du secteur énergétique. En fait, cet accord est venu après deux ans de négociations autour du développement des ressources dans les bassins d'Ahnet et de Gourara (Timimoun), non loin de la localité d'In Salah. « Des efforts sont en cours pour réaliser de nouvelles explorations pour couvrir la demande croissante, notamment dans les industries manufacturières et les usines de pétrochimie », a ajouté Arkab.

Économie Hyundai va fabriquer 5 modèles de véhicules en Algérie


Vous aimez cet article ? Partagez !