L'immigration est-elle néfaste pour les économies de l'UE ?

C'est dimanche 9 juin que les Européens vont élire leurs représentants au Parlement européen, sachant que l'immigration a été imposée comme un thème de campagne électorale, particulièrement par les partis et les candidats de l'extrême droite. Ces derniers continuent à développer un discours anti-migrants, qu'ils accusent d'être la source de tous les problèmes, notamment économiques.

Le site de RFI a publié une analyse de Justine Fontaine, journaliste spécialisée en économie, qui examine si l'immigration est réellement néfaste pour les économies européennes. En effet, dans plusieurs pays européens, les partis populistes pointent du doigt les migrants pour expliquer les difficultés économiques rencontrées par leurs concitoyens. Est-ce que l'immigration pénalise l'économie européenne ? s'interroge la journaliste de RFI. Et sa réponse ne souffre d'aucun doute ni aucune ambiguïté.

Les migrants n'ont pas été néfastes aux économies de l'Europe

En fait, la journaliste pense que ces 30 dernières années, l'immigration a eu des effets plutôt positifs, ou neutres, sur l'économie de l'Europe. Aussi, Justine Fontaine pense que l'arrivée des migrants n'a pas affecté le chômage ou les salaires, comme cela est défendu du côté des partis populistes. Mieux que cela, les migrants n'ont pas nui aux finances publiques des pays qui les ont accueillis puisqu'ils ont contribué avec les impôts et les cotisations sociales entre autres. Et plusieurs études concordantes ont conclu que l'immigration a plutôt augmenté le niveau de vie moyen dans les pays européens.

Voyage & Immigration Titres de séjour en France : Une nouvelle procédure généralisée

En outre, non seulement la journaliste estime que l'immigration n'a pas été néfaste aux économies de l'Europe, mais elle pense que l'Europe ne peut pas se passer des migrants à l'avenir, notamment en raison du vieillissement de la population du vieux continent. Ce qui fait que l'Europe a encore besoin de main-d'œuvre qu'elle ne trouve pas sur son sol.

Même les gouvernements populistes se tournent vers l'immigration

Actuellement, 20 % des Européens ont plus de 65 ans et ce taux continuera d'augmenter, surtout qu'en parallèle, les naissances baissent. La Banque mondiale croit savoir qu'à ce rythme, la population italienne va diminuer de 50 % d'ici la fin du siècle. L'Europe a besoin de main-d'œuvre pour cotiser et s'occuper des personnes âgées et des malades. Justine Fontaine affirme que d'ici 2030, plus de 2 millions de postes d'infirmières et d'infirmiers risquent de ne pas être pourvus sur le continent, citant l'assurer Allianz, elle précise que pour compenser le vieillissement de la population, il devrait y avoir au moins 700'000 travailleurs étrangers par an.

Enfin, il devient clair que même l'immigration actuelle n'est pas en mesure de répondre aux besoins économiques des pays européens. Au point où même les gouvernements dirigés par les populistes et les partis d'extrême droite se sont rendus à l'évidence et pensent accueillir des étrangers. C'est le cas du gouvernement italien de Giorgia Meloni prête à accorder plus de 400'000 permis de travail à des non-Européens d'ici 2025 et du gouvernement hongrois de Viktor Orban suit une voie similaire.


Vous aimez cet article ? Partagez !