Un Algérien arrêté en France après le braquage d'une poste en Suisse

Un Algérien de 34 ans, auteur d’un braquage d’un bureau poste en Suisse il y a trois mois, a été arrêté début juin en France, a annoncé lundi dernier la police vaudoise. Le suspect, qui a reconnu les faits, a été extradé vers la Suisse et placé en détention provisoire.

La police vaudoise revient sur les faits et explique dans un communiqué que jeudi 28 mars 2024 peu avant midi, un braquage a été commis dans l’office postal de Penthalaz dans le canton du Vaud en Suisse. L’auteur a menacé l’employée présente au moyen d’une arme blanche et a exigé le contenu du coffre. L’auteur a emporté le butin, notamment une grande quantité de monnaie et a pris la fuite, dans une direction indéterminée.

L’employée menacée, une Suissesse de 55 ans, a pu rapidement alerter la police. La Police cantonale vaudoise a immédiatement mis en place un important dispositif de recherches. Cette intervention avait nécessité l’engagement de la Gendarmerie, de la Police de l’Ouest lausannois (POL), de la Police Région Morges (PRM), du personnel de l’Office de la douane et des frontières (OFDF), de la brigade canine et du personnel de la police de sûreté et de la police scientifique.

Faits-divers Accusé du meurtre de son fils, il refuse son extradition en Algérie

En Suisse, le braquage est un crime grave

L’enquête menée par la police de sûreté a permis d’identifier l’auteur du braquage et le faire arrêter en France, début juin. Selon la police vaudoise, le suspect est un ressortissant algérien de 34 ans, sans domicile fixe. Extradé vers la Suisse, il a été placé en détention provisoire et a reconnu les faits lors de son interrogatoire. Les investigations se poursuivent sous la direction du Ministère public.

En Suisse, le braquage est considéré comme un crime grave. Ce qui fait que le ressortissant algérien sera présenté devant la justice. S’il reconnait les faits, il risque une lourde peine de prison. De plus, sa situation administrative va sans doute être examinée de près, rapportent plusieurs médias suisses. « Étant de nationalité algérienne et n’ayant apparemment pas de titre de séjour en règle, il pourrait faire l’objet d’une procédure d’expulsion à l’issue de sa peine », souligne le média helvétique Viral Mag.


Vous aimez cet article ? Partagez !