Le président du Comité national des agents de location de véhicules, Benyahia Seïf-Eddine, a tiré la sonnette d'alarme sur son secteur. Il a affirmé au journal Echorouk, samedi 25 juillet, que la filière de la location de véhicules était la plus touchée par la crise sanitaire. Benyahia Seïf-Eddine avertit que si des mesures ne sont pas prises, 52 000 agences de location de véhicules vont déclarer faillite.

Le président du Comité national des agents de location de véhicules fait appel à Abdelmadjid Tebboune pour aider son secteur à survivre à la crise sanitaire qui a paralysé les agences. il a affirmé que “52 000 agences de location de véhicules se dirigent vers la faillite”. Il a expliqué que “les 52 000 agents de location de véhicules, dont 35,4% sont créés par le biais du dispositif ANSEJ, et qui gèrent un parc de près de 700 000 véhicules à travers le territoire national, se retrouvent notamment hors service et sans couverture réglementaire”.

Benyahia Seïf-Eddine appelle le gouvernement à réglementer l'activité qui n'est régie par aucun texte. Il souligne que ces agences travaillent dans le flou. Elles “fournissent leurs services aux institutions publiques, ministères et entreprises”, selon lui .

Activité à l’arrêt depuis le mois de mars

Benyahia Seïf-Eddine précise que "ce sont près de 700 000 véhicules qui circulent dans l’illégalité”. Il déplore l'anarchie dans laquelle se trouve son secteur et réclame l'affiliation du secteur à un ministère, afin de le réglementer.

Pour rappel, l'activité de la location de véhicules a été suspendue en Algérie au début du confinement, soit au mois de mars,. Elle a été autorisée à reprendre le 14 juin dernier. Cependant, vu la crise sanitaire et la ralentissement de l'activité économique, les agences de location de véhicules se sont retrouvées sans clientèle.  L'activité a été aussi plombée par l'absence des immigrés, qui sont les principaux clients de ces agences en été.

Lire aussi : Coronavirus : Les conséquences désastreuses sur le secteur du tourisme en Algérie