Les conséquences de la pandémie du coronavirus ont été désastreuses pour la Sonatrach. Le P-DG du groupe pétrolier algérien, Toufik Hakkar, a révélé mardi 15 décembre dans une émission sur la chaîne privée Echourouk news que les recettes pétrolières et gazières du groupe ont enregistré un recul de près de 40%. Toufik Hakkar a imputé ces pertes à la baisse des prix du pétrole et à la crise sanitaire.

Ainsi, en langage des chiffres, Toufik Hakkar a révélé qu’en 2019, les recettes pétrolières ont atteint 33 milliards de dollars, alors que pour l’année en cours, elle se situeront entre 20 à 21 milliards de dollars. Le PDG de la Sonatrach a expliqué que ce recul des recettes du groupe était due à 80% à la baisse des prix du pétrole sur le marché, ce qui a aussi impacté d’autres produits comme le gaz, le GPL et le condensat… etc. Il ajoute que pour les 20% restants, "cela est lié à la baisse de la production pétrolière dictée par l’accord conclu dans le cadre de l’Opep, dans le plafonnement de la production, mais aussi par la faible demande européenne sur le gaz".

La Sonatrach est en bonne santé

Par ailleurs, Toufik Hakkar a tenu à rassurer quant à la santé du groupe . Il a indiqué que la Sonatrach « terminera l’année en cours sans enregistrer de pertes ou de résultats négatifs comme c’est le cas, en ce moment pour les grands groupes pétroliers internationaux". Le PDG de la Sonatrach a révélé que les investissements pétroliers et gaziers, à travers le monde, ont reculé de plus de 100 milliards de dollars en 2020. Quant à la Sonatrach, ses investissements n'ont reculé que de près de 3 milliards de dollars.

À lire aussi :  Cannabis au Maroc : Les premières autorisations d'exercice ont été délivrées par l'ANRAC

Il faut signaler que le recul des recettes de la Sonatrach est aussi du à la perte de parts sur le marché gazier européen. Le groupe pétrolier est victime de l'offensive de la Russie qui grignote de plus en plus de parts de marché aux pays producteurs de Gaz.

Lire aussi : En net recul, les exportations du gaz algérien encore menacées