La Banque d’Algérie continue de subir une grave crise de liquidités dans ce contexte marqué par la crise économique. En effet, selon un communiqué de cette institution financière rendu public, ce lundi 1 mars, la liquidité bancaire a chuté à 632,3 milliards dinars à fin 2020.

La banque d’Algérie a néanmoins indiqué que la situation des liquidités a connu une amélioration au cours du dernier trimestre. La situation s'est redressée après une baisse plus prononcée durant les neuf premiers mois de l'année dernière. L'institution financière explique que "la liquidité globale des banques est passée de 1.100,8 milliards de dinars à fin 2019 à 461,8 milliards de dinars à fin septembre 2020, corrélativement au déficit courant de la balance des paiements et aux impacts économiques de la pandémie Covid-19".

Amélioration de la liquidité à la fin de l'année 2020

Ainsi, l'institution financière justifie l'amélioration de la liquidité enregistrée vers la fin de l'année par "les mesures de politique monétaire décidées par la Banque d'Algérie, en matière de baisse du taux des réserves obligatoires, de l'augmentation des seuils de refinancement des titres publics négociables, de l'allongement de la durée du refinancement de 7 jours à un (1) mois et de la satisfaction totale des demandes de refinancement des banques".

À lire aussi :  L'euro bat tous les records en baisse devant le dollar et le dinar

La Banque d’Algérie reste optimiste quant à sa situation financière. Elle précise que ses niveaux de solvabilité établis au regard des indicateurs de solidité financière sont "largement supérieurs aux minimas réglementaires exigés", à savoir au moins 7% pour le coefficient des fonds propres de base et 9,5 % pour le coefficient de solvabilité, calculé sur la base des fonds propres réglementaires.

L'institution financière révèle que le coefficient de liquidité global à un mois, au 30 septembre 2020, se situe à 94,03%. Il est à un niveau supérieur au minima de 60% prévu par l'instruction 05-2020 du 6 avril 2020. Cette instruction porte sur les mesures exceptionnelles d'allègement de certaines dispositions prudentielles applicables aux banques et établissements financiers.

Lire aussi : Grave crise de liquidité à la Banque d’Algérie