Les représentants des treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs dix alliés ont convenu de "revenir aux quotas du mois d'août", soit une baisse de 100.000 barils par jour (bpj) comparé à ce qui était prévu pour septembre, a annoncé l'alliance dans un communiqué, ce lundi 5 septembre, à l’issue d’une réunion par visioconférence. Cette décision a été prise par les membres de l’Opep dans le but de freiner la baisse des prix du pétrole.

Après leur chute pendant la pandémie de covid-19, les prix du pétrole ont connu une forte hausse en raison de la guerre en Ukraine. En effet, depuis février dernier, le prix du pétrole dépasse allègrement la barre symbolique de 100 dollars le baril, au grand bonheur des pays producteurs qui y trouvent une occasion pour compenser les importantes pertes subies durant la crise sanitaire. Mais cette hausse des prix du pétrole n’a pas été sans conséquences sur les pays importateurs qui ne cessent de réclamer une révision à la hausse des quotas de production afin de les faire baisser.

L’Opep décide une réduction de 100.000 barils par jour

Réunis ce lundi 5 septembre par vidéoconférence, les membres de l’Opep, menés par l’Arabie saoudite, et leurs dix partenaires conduits par la Russie, ont décidé de réduire leur production à partir d’octobre. "Les membres de l’Opep ont décidé de revenir aux quotas du mois d’août, soit une baisse de 100.000 barils par jour (bpj)", indique un communiqué de l’Organisation. Cette décision est prise dans le but de soutenir les prix du pétrole face aux craintes de récession, explique-t-on.

En optant pour une réduction de la production, l'Opep ne veut donc pas répondre positivement aux appels des pays importateurs de pétrole à leur tête les Occidentaux. Ces derniers souhaitent voir les pays producteurs ouvrir plus largement leurs vannes afin de contenir l'envolée des cours. D’ailleurs, juste après l’annonce de la décision de l’Opep de réduire sa production les cours des deux références mondiales du brut prenaient plus de 3%, à 96,40 dollars le baril de Brent de la mer du Nord et 89,80 dollars celui de WTI, ce lundi vers 14h50.