L'émission de deux nouveaux billets de banque en Algérie portant pour la première fois une mention en anglais a été suivie d'une vive polémique. Certains y voient une remise en cause de la langue française « commune » alors que d'autres sont allés jusqu'à affirmer que le français n'a jamais figuré sur les billets de dinar algérien.

Les deux nouveaux billets de 2000 dinars mis en circulation depuis mercredi 2 novembre par la Banque d'Algérie contiennent une mention en anglais « two thousand dinars (fr. deux mille dinars) ». Une mention introduite pour la première fois dans un billet de banque algérien à côté, bien entendu, de la langue arabe qui a toujours été portée sur les coupures et les pièces de monnaie en Algérie.

La divulgation de ces deux nouveaux billets a été suivie d'une grand polémique en Algérie, mais aussi à l'étranger et particulièrement en France.  En effet, plusieurs médias et hommes politiques de l'Hexagone se sont intéressés à ce qu'ils considèrent comme un « tournant » dans les relations entre la France et l'Algérie. Pour eux, en introduisant l'anglais pour la première fois sur ses billets de banque, l'Algérie a tourné son dos à la langue française « commune », pour reprendre les mots de Jean-Luc Mélenchon.

C'est d'ailleurs le chef de file de la gauche française et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle qui avait allumé la mèche via un court message sur son compte Twitter. Mélenchon, qui se dit « triste » que l'Algérie n'ait pas fait le choix du français pour son nouveau billet de banque, n'a pas raté l'occasion de tirer à boulet rouge sur le chef de l'État français Emmanuel Macron et sa Première ministre Elisabeth Borne, qui étaient récemment en visite officielle en Algérie. « Ceci est un billet algérien. La langue commune ne l'est plus. Tristesse. Macron Borne ont échoué en tout et pour tout », écrit-il dans un tweet.

Le français a-t-il déjà figuré sur les billets de dinar algérien ?

Le tweet de Jean-Luc Mélenchon a été suivi par une série d'articles dans plusieurs médias en France et en Algérie. À l'unanimité, ou presque, ces médias ont tenu à démentir l'homme politique français, en affirmant que le français n'a jamais figuré sur les billets de banque Algérie. Dans un papier consacré au sujet, le site de la chaîne française TF1 a affirmé que le français n'a jamais figuré sur la monnaie de l'Algérie depuis la création du dinar en 1964[1][Archive] Sur ses billets de banque, l'Algérie a-t-elle délaissé le français au profit de l'anglais ?, TF1.

Pour sa part, Le Journal de l'Afrique, tout en affirmant également que « le français n'a jamais été présent sur les billets de banque algériens », a fait intervenir un économiste algérien pour confirmer sa thèse. Cet économiste algérien, qui insiste que « jamais le français n'a été inscrit sur les billets de banque en Algérie », y voit de l'introduction de l'anglais une manière pour l'Algérie de « s'ouvrir au monde »[2][Archive] Pourquoi l'Algérie a-t-elle émis des billets en anglais ?, Le Journal de l'Afrique. La Dépêche, un site français, a d'ailleurs repris le Journal de l'Afrique, en incluant la réflexion de cet expert en économie algérienne[3][Archive] Mélenchon regrette que le nouveau billet de banque algérien soit écrit en anglais… alors qu'il n'a jamais été écrit en français, La Dépêche.

Même les médias algériens se sont emparés du sujet en allant eux aussi affirmer que le français n'a jamais figuré sur les billets de dinar algérien. Dans un article publié le 2 novembre, le site TSA a rapporté que « l'inscription en anglais figurant sur le nouveau billet de banque ne peut pas être prise comme un pas vers le remplacement de la langue de Molière par celle de Shakespeare » en réponse au message de Mélenchon. « Pour la simple raison que la langue française ne figurait pas précédemment sur les billets de banque algériens », ajoute le site algérien[4][Archive] Un nouveau billet de banque algérien fait réagir en France, TSA.

Voici les différents billets en dinar algérien portant des mentions en français

Face à l'ampleur de la polémique, de nombreux internautes se sont emparé de la question de l'existence ou non du français sur les billets de dinars algériens. En effectuant des recherches sur l'histoire des billets émis par l'Algérie depuis la création du dinar en 1964, il s'est avéré que le français a bel et bien figuré sur la monnaie algérienne. La Banque centrale d'Algérie (ancienne appellation de la Banque d'Algérie) a émis, le 1er janvier 1964, un billet de banque d'une valeur de 10 dinars portant sur son revers les mentions suivantes en français : « Banque Centrale d'Algérie », « dix dinars » et « la loi punit le contrefacteur ».

Verso d'un billet de 10 dinars algériens de 1964

Verso d'un billet de 10 dinars algériens de 1964.

La Banque centrale d'Algérie a également émis, le 1er janvier 1964, un billet d'une valeur de 100 dinars avec comme illustration en verso la baie du port d'Alger et des mentions en français. « Banque centrale d'Algérie », « cent dinars » et « la loi punit le contrefacteur ». Ce billet de 100 dinars, tout comme celui de 10 dinars portant des mentions en français, a été retiré de la circulation par la Banque d'Algérie le 31 décembre 1998.

Verso d'un billet de 100 dinars algériens de 1964

Verso d'un billet de 100 dinars algériens de 1964. Vue sur Diar-Es-Saada (la cité du bonheur de Fernand Pouillon) avec en fond la baie du port d'Alger.

Le 1er novembre 1970, la Banque centrale d'Algérie a émis un autre billet de banque d'une valeur de 5 dinars. Ce billet, qui portait sur son verso un Fennec au premier plan et un village du désert en arrière-plan, portait également des mentions en français : « Banque centrale d'Algérie », « cinq Dinars » et « l'article 197 du code pénal punit le contrefacteur ». Deux autres billets de 10 dinars et de 100 dinars ont également été mis en circulation à la même date avec des mentions en français.

Ce n'est qu'à partir de 1977, lors de l'émission de la troisième série des billets de banque par la Banque centrale d'Algérie, que le français a été retiré, ne laissant que la langue arabe sur les deux versants des billets. Même chose lors de l'émission de la quatrième série des billets en 1992, par la Banque d'Algérie, où aucune langue étrangère ne figure.

Ce n'est donc qu'avec l'émission des deux nouveaux billets de 2000 dinars, le 2 novembre 2022, qu'une langue étrangère « revient » sur les billets de dinar algérien avec l'anglais, introduit pour la première fois de l'histoire. Ce qui est sûr, c'est que l'argument de l'absence « historique » du français des billets de banque algériens ne peut plus être utilisé pour nier la présence d'une volonté politique derrière l'introduction d'une langue étrangère sur les coupures de dinar algérien.