Les prix des produits alimentaires ont battu des records en 2022

L'année 2022 a été marquée par le déclenchement de la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Cette guerre a eu un impact très négatif sur l'économie mondiale. Une économie qui a ralenti et qui a connu une inflation sans précédent. En effet, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les prix mondiaux des produits alimentaires ont atteint, sur l’ensemble de l’année 2022, leurs plus hauts niveaux jamais enregistrés.

Selon l'organisation onusienne, l’indice FAO des prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d’un panier de produits de base, a poursuivi en parallèle sa baisse pour le neuvième mois consécutif, se repliant de 1,9 % en décembre et retombant même sous son niveau d’il y a un an. Cependant, en mars 2022, les prix mondiaux des produits alimentaires ont atteint leurs « plus hauts niveaux jamais enregistrés ». La FAO indique que « les prix mondiaux du blé et du maïs ont atteint des niveaux records au cours de l’année ».

Sur certains produits, les hausses sont vertigineuses. La valeur moyenne de l’indice FAO des prix des huiles végétales a atteint un record sur l’année, quand ceux de la viande et des produits laitiers ont même atteint « leurs plus hauts niveaux annuels depuis 1990 ». Toutefois , la tendance s'est renversée au courant de l'année 2022. Les prix des produits alimentaires sont repartis à la baisse depuis le mois d’avril, et ce pour neuf mois consécutifs. Ainsi, donc l’indice FAO de décembre s’établit en moyenne à 132,4 points, retombant ainsi à 1 % en dessous son niveau d’il y a un an, en décembre 2021.

Économie Gaz : Les exportations de l'Algérie vers l'Espagne en hausse

Cette baisse n'a tout de même pas empêché l'établissement de records en 2022. « pour 2022 dans son ensemble […] l’indice s’établissait en moyenne à 143,7 points, soit 14,3 % de plus que la valeur moyenne de 2021 », souligne la FAO qui ajoute que « c’est une bonne chose que les prix des denrées alimentaires se calment après deux années très volatiles ». Maximo Torero, économiste en chef de la FAO, avertit qu'il est important de « rester vigilant et de se concentrer sur l’atténuation de l’insécurité alimentaire mondiale ». Il a signalé que « les prix alimentaires mondiaux restent à des niveaux élevés, avec de nombreux produits de base proches de niveaux records, des prix du riz en hausse, et encore de nombreux risques associés aux approvisionnements futurs ».

Les prix qui montent en Algérie baissent rarement

L'Algérie connait une inflation galopante en raison de l'environnement économique mondiale. Les ménages ont consenti beaucoup d'efforts et surtout fait des concessions difficiles. Les prix des produits alimentaires ont explosé. Ainsi, les Algériens sont durement touchés par le recul du pouvoir d'achat. La vie est de plus en plus chère et de plus en plus dure dans tous les secteurs. L’inflation est en hausse, ce qui fait que les salaires et les pensions de retraite paraissent insignifiants et ne suffisent plus pour faire face aux besoins élémentaires des ménages.

Il faut dire que l'Algérie subit de plein fouet la hausse des prix sur les marchés mondiaux, mais ne bénéficie pas du recul de ces prix. C'est un constat alarmant. Quand les prix augmentent ailleurs ils augmentent aussi en Algérie, mais quand ils baissent, ils ne baissent pas en Algérie.


Vous aimez cet article ? Partagez !