Belgique : Une action contre l'homophobie perturbée aux cris de « Allah Akbar »

À l’occasion de la Journée internationale de la lutte contre l'homophobie, célébrée le 17 mai, des campagnes de prévention et de sensibilisation ont eu lieu dans plusieurs pays d’Europe. En Belgique, une action contre l’homophobie tenue la semaine dernière dans un collège a été perturbée par des élèves aux cris de « Allah Akbar ».

À l’instar de nombreux autres pays au monde qui reconnaissent les droits des homosexuels, la Belgique a célébré tout au long de cette semaine la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie, la biphobie et l’interphobie (IDAHOT), coïncidant avec le 17 mai. En plus des actions organisées par les différentes fédérations sportives en soutien à la communauté homosexuelle en Belgique, d’autres actions ont eu lieu au niveau de nombreux établissements scolaires du pays.

C’est le cas dans la ville de Genk située dans la province de Limbourg, en Belgique flamande. Le jeudi 11 mai, une action au niveau d’un collège de la ville a été menée. Mais voilà, cette action n’a pas été du goût d’une partie des élèves, qui ont fini par la perturber en criant Allah Akbar et en crachant sur le drapeau et les autres symboles LGBT.

Faits-divers Ivre et drogué, un Algérien sème la terreur dans un quartier en Italie

En Belgique des élèves crient « Allah Akbar » lors d'une action contre l'homophobie

Alors que l'établissement scolaire « Atlas Collège » organisait, avec le concours de la mairie de Genk, un atelier de lutte contre l'homophobie dans la cour de l'école, des dizaines d'élèves se sont réunis autour du stand de l'association LGBT Ook Genks Wel Anders et ont violemment pris à partie les organisateurs de la manifestation aux cris de « Allah Akbar ».

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux montre ce groupe d'élèves semer la pagaille dans la cour de l’établissement. « Un groupe de jeunes a commencé à se moquer de nous. De plus en plus d'élèves sont arrivés, à la fin, ils étaient une centaine. Ils nous ont crié dessus, nous ont jeté des bouteilles et ont craché sur les cœurs arc-en-ciel exposés sur le stand », témoigne un employé de la mairie de Genk au site néerlandophone VRT News.

La perturbation de cette action contre l’homophobie a suscité l’indignation de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. La directrice générale du collège a qualifié les évènements d'« inadmissibles » et s’est engagée à organiser un dialogue avec les élèves en collaboration avec la mairie. « L'agression contre nos employés et contre le bénévole d'OGWA est inacceptable. Il devrait toujours y avoir du respect, même lorsque nous sommes en désaccord », affirme pour sa part le maire de Genk en ajoutant qu’il porterait plainte auprès des autorités.

Ce qui s'est passé dans cet établissement scolaire en Belgique intervient dans le sillage de l'affaire du refus par certains joueurs de confession musulmane de porter des maillots aux couleurs arc-en-ciel lors de la journée du championnat de Ligue 1 française disputée le week-end dernier. Une journée consacrée par la Ligue de football professionnel (LFP) au soutien de la communauté homosexuelle en France et à travers le monde. Parmi les joueurs musulmans qui ont refusé de porter le maillot contre l’homophobie figurait l’international algérien du FC Toulouse Farès Chaïbi.

Faits-divers Une Algérienne de 77 ans enlevée par quatre individus cagoulés à Trévoux


Vous aimez cet article ? Partagez !