Le frère d'un des terroristes du Bataclan pourrait être expulsé vers l'Algérie ou le Maroc

Bataclan, France

Né en France de père algérien et de mère marocaine, Karim Mohamed-Aggad, frère de Foued, l'un des terroristes du Bataclan en 2015, a été déchu de sa nationalité française d'après un décret paru dans le dernier numéro du Journal officiel, rapportent le 17 novembre les médias français. Karim Mohamed-Aggad, qui était condamné en 2016 pour terrorisme, pourrait être expulsé vers l'Algérie ou le Maroc.

Karim Mohamed-Aggad n'est plus français. Il a été déchu de sa nationalité sur décision du gouvernement français. « Par décret en date du 15 novembre 2023, sur l'avis conforme du Conseil d'État, est déchu de la nationalité française : M. Karim Mohamed-Aggad, né le 8 juillet 1990 à Wissembourg (67). » La décision signée par la Première ministre Élisabeth Borne a été publiée au Journal officiel daté de vendredi 17 novembre.

Le natif de Wissembourg, en Alsace, âgé aujourd'hui de 33 ans est le frère aîné de Foued Mohamed-Aggad, un des trois terroristes qui faisait partie du commando du Bataclan, le 13 novembre 2015 à Paris. Connu déjà pour ses activités terroristes, Karim Mohamed-Aggad avait été condamné en 2016 par la justice française pour un séjour en Syrie entre 2013 et 2014.

Karim Mohamed-Aggad est né de père algérien et de mère marocaine

À l'époque Karim Mohamed-Aggad, était parti en Syrie pour rejoindre l'Etat islamique avec son petit frère Foued, devenu ensuite l'un des membres du commando terroriste qui a attaqué le Bataclan, le 13 novembre 2015. À son retour en France, Karim Mohamed-Aggad avait écopé de 9 ans de prison en 2016 en compagnie de six autres hommes appartenant à ce que l'on appelle la « filière djihadiste de Strasbourg ». Ils étaient jugés pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Après avoir passé 6 années derrière les barreaux, Karim avait été libéré en 2022. Mais trois mois plus tard, la justice française le condamne de nouveau à 6 mois de prison ferme pour avoir violé son obligation de ne pas quitter Wissembourg dans le cadre d'une mesure individuelle de contrôle. Aujourd'hui, sa déchéance de nationalité française pourrait le conduire, selon des sources médiatiques, à une expulsion vers l'Algérie pays de son père ou le Maroc d'où est originaire sa mère.

Retour en haut
Share via
Copy link