Le marché informel, ou marché noir, contrôle l'essentiel des mouvements de devises en Algérie. Dans notre vidéo du jour, nous allons donc nous intéresser à ce marché et tenter d'expliquer son fonctionnement, et surtout pourquoi l'essentiel des mouvements de devises dans le pays est contrôlé par cette structure.

Abonnez-vous à notre chaîne : http://bit.ly/youtub-obs

En effet, à l'instar de toutes les structures informelles, il est relativement difficile d'évaluer les sommes réelles qui circulent sur le marché noir des devises en Algérie. Certains économistes avancent toutefois des chiffres aux alentours des 50 milliards d'euros. Ce chiffre, s'il s'avérait exact, voudrait donc dire que le marché noir contrôle à peu de choses près l'équivalent de la totalité des réserves de change de l'Algérie, ce qui en ferait un véritable État dans l'État. Très prisé par toutes les catégories d'Algériens, ce marché échappe à tout contrôle et fonctionne selon des règles qui lui sont propres, celles-ci n'obéissant généralement à
aucune des lois classiques qui régissent l'activité du change.

Comment fonctionne le marché noir des devises ?

Ainsi, les valeurs des devises sur le marché noir obéit principalement au principe de l'offre et de la demande. Ce principe fait ainsi que, par exemple, la valeur de l'Euro est nettement plus élevée que celle du dollar américain, alors que les deux devises ont presque la même valeur sur les marchés de change internationaux. En plus de l'offre et de la demande, la spéculation joue également un rôle non-négligeable dans le fonctionnement de cette structure informelle. Toutefois, la flambée ou la baisse de la valeur des devises sur le marché noir peut être prévue de manière relativement facile, selon les différentes périodes de l'année et en prenant compte du climat politique et économique dans le pays.

À lire aussi :  Une partie des 780 jeunes taureaux refusés par l'Algérie sera incinérée en France

Pourquoi ce marché contrôle l'essentiel de l'activité liée aux devises en Algérie ?

Maintenant que nous avons vu brièvement comment fonctionne le marché informel des devises en Algérie, demandons nous pourquoi cette structure, qui est théoriquement illégale, contrôle l'essentiel de l'économie du change dans le pays ?. La principale raison réside dans l'absence de confiance des citoyens envers les banques. En guise d'exemple, un citoyen qui dépose une certaine somme en devises dans une banque en Algérie n'a pas toujours la garantie qu'il pourra faire le retrait de cette même somme en temps voulu, les agences bancaires étant souvent confrontées au problème du manque de liquidités. À cette absence de confiance s'ajoute également la bureaucratie qui rend extrêmement lentes les transactions les plus simples lorsqu'il s'agit de devises. Les citoyens préfèrent de ce fait se tourner vers le marché noir, où les transactions se font de manière beaucoup plus facile et rapide. La bonne organisation de cette structure est également une des principales raisons de son contrôle de l'essentiel des transactions en devises dans le pays. Ce marché s'est en effet développé et adapté aux nouvelles technologies, à tel point qu'il dépasse largement les structures bancaires en matière d'organisation.

Enfin, il va sans dire que du fait de sa structure informelle, le marché noir des devises permet la circulation de capitaux issus de toute sorte d'activités, même les plus illégales. Des activités comme le trafic de drogue et même le terrorisme trouvent ainsi dans ce marché un moyen idéal pour faire transiter leurs capitaux loin du contrôle de l'État. Alors, les autorités trouveront-elles des solutions efficaces pour faire disparaître cette structure informelle ? Ou le marché parallèle des devises continuera-t-il à exister en l'absence de structures capables de contrer son organisation ?.