La compagnie nationale aérienne Air Algérie va inévitablement perdre le monopole du transport aérien en Algérie. C'est ce qui ressort des déclarations du ministre des Transports, Lazhar Hani, faites lundi 5 octobre sur les ondes de la chaîne I de la radio nationale.

Selon le ministre des Transports, qui dévoilait le plan de développement préconisé par le chef de l'Etat dans son secteur, l'ouverture du secteur du transport aérien aux opérateurs privés est irréversible. Mieux que cela, il estime que cette ouverture vers le secteur privé touchera également le transport maritime en Algérie.

C'est une décision politique inévitable, précise Lazhar Hani qui reproche à Air Algérie de ne pas s'être adaptée aux changements et autres développements en cours dans le secteur, particulièrement en matière d'évolution technologique.

"Les grandes compagnies qui n'évoluent pas avec leur environnement risquent de disparaître", insiste le ministre en charge des transports. C'est ce qui a amené Abdelmadjid Tebboune à prôner la réduction du nombre des agences d'Air Algérie à l'étranger. L'achat des billets d'avion sur Internet est devenu fréquent, ce qui signifie que l'existence de certaines agences du transporteur aérien national n'est plus justifiée.

Cette question de réduction du nombre d'agences Air Algérie à l'étranger fait partie du plan de restructuration de la compagnie aérienne. Les autorités publiques comptent également, dans le même sillage, créer une nouvelle compagnie aérienne appelée à prendre en charge le transport domestique. De ce fait, Air Algérie aura toute la latitude de prendre en charge les vols internationaux.

Lire aussi : Air Algérie ne compte pas fermer toutes ses agences à l’étranger