Contrairement aux banques Goldman Sach et JP Morgan qui s'attendent à une hausse des cours de pétrole pouvant atteindre les 100 dollars le baril, l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) fait des prévisions plutôt pessimistes sur le prix de l'or noir sur le marché mondial, particulièrement pour l'Algérie dont l'économie est dépendante des hydrocarbures.

En effet, selon l'EIA, les cours du pétrole ne connaîtront pas la hausse tant souhaitée par les pays producteurs. Si Goldman Sach et JP Morgan ont prévu que le prix du pétrole puisse atteindre les 100 dollars le baril, mais l'EIA pense qu'ils oscilleront entre 65 et 70 dollars durant les deux prochains mois.

En fait, le rapport de l'agence US repris par les médias internationaux prévoit même un recul pour le second semestre de l'année 2021. Les cours du brent repasseront sous la barre des 60 dollars, à partir de juin ou juillet pour s'établir autour de 58 dollars pour un baril. Aussi, l'EIA ne prévoit pas une révolution dans les cours du pétrole pour l'année prochaine. Le prix du baril de l'or noir tournera autour de 59 dollars, prévoit encore le rapport de la même agence.

Le même rapport explique ces prévisions pessimistes par la classique règle de l'offre et de la demande. Le marché sera équilibré en 2022, et ce, après que l'offre connaisse un relèvement qui va augmenter les stocks. En fait, l'offre mondiale dépassera la demande dans quelques mois, prévoit, en outre l'EIA qui estime pourtant que la consommation mondiale va connaître une hausse, estimée à 5.3 millions de barils.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Cependant, l'Agence d'information sur l'énergie apporte un bémol à ses prévisions. Elle précise que les actions et démarches des pays de l'OPEP+ pourraient agir sur les cours du pétrole. La crise sanitaire mondiale et l'évolution des stocks américains peuvent également jouer leur rôle dans la fixation des prix de l'or noir. D'ailleurs, le groupe OPEP+ a maintenu inchangé leur niveau de production, et ce, lors de leur dernière réunion tenue le 4 mars. Cette décision reste valable deux mois, en attendant une prochaine réunion.

Lire aussi : Pourquoi l’Algérie ne profite pas de la hausse des prix du pétrole ?