Les principales banques publiques d'Algérie ont changé de dirigeants ce jeudi 29 avril. Le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a effectué un lifting à la tête de six banques publiques, avec un changement dans le mode de fonctionnement. Les banques concernées sont la BEA, la BNA, la BDL, la BADR, la CNEP-Banque et le CPA.

Dans le cadre d'une réforme du secteur bancaire, le membre du gouvernement de Abdelaziz Djerad a opéré ces changements dans l'objectif d'améliorer la gestion de ces entités publiques, dont le rôle est fondamental dans toute économie. C'est ainsi que c'est désormais Houari Rehali qui préside le Conseil d'administration de la Banque extérieure d'Algérie (BEA), alors que Lazhar Latreche reste directeur général.

Pour ce qui est de la Banque de l'agriculture et du développement rural (BADR), Aymen Benabderrahmane a nommé Nacer Laouami en qualité de président du Conseil d'administration et Mohhand Bouraï en tant que DG. La Banque nationale d'Algérie (BNA) a également connu un changement à sa tête, dans la mesure où c'est Ramdane Idir qui prend désormais la présidence de son Conseil d'administration. Le poste de directeur général sera occupé par Mohamed Lamine Lebbou.

Six banques concernées par l'opération

Du côté du Crédit populaire d'Algérie (CPA), le président du CA est Mohamed Larbi et collaborera avec Ali Kadri que le ministre Benabderrahmane a désigné comme directeur général. La Banque de développement local a vu, de son côté, la nomination de Saïd Dib en qualité de président du Conseil d'administration et de Youcef Lalmas en tant que directeur général.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

Enfin, la Caisse nationale d'épargne et de prévoyance (CNEP-Banque) est désormais dirigée par Mustapha Chaabane et Samir Tamrabet, respectivement président du Conseil d'administration et directeur général. Il reste à savoir si ces nominations vont réussir à faire sortir les banques publiques de leur torpeur et à les encourager à financer l'économie algérienne, comme elles sont censées fonctionner.

Lire aussi : La Banque d’Algérie met en garde contre un établissement financier