Les prix des billets d'avion, notamment ceux pratiqués par la compagnie publique Air Algérie continuent d'être une source de stress pour les Algériens désireux de voyager, particulièrement ceux installés à l'étranger. Si le Premier ministre algérien a annoncé l'ouverture d'une enquête sur la question, un membre du Conseil de la nation propose une solution pour mettre fin aux prix excessifs des billets d'avion.

En effet, le sénateur Abdelouahab Benzaïm a évoqué la question des prix des billets d'avion dans une publication qu'il a publiée, le mardi 9 novembre, sur sa page Facebook. Il y donne même une idée qu'il présente comme une solution à cet épineux problème. D'autant plus qu'il l'inclut dans les directives données par le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune en direction de la diaspora.

Pour Abdelouahab Benzaïm, le gouvernement devrait procéder à la réouverture totale des frontières qui aura un impact positif sur les prix des billets d'avion. « Le président a donné des directives pour prendre soin des membres de la communauté. Je pense maintenant qu'il est du devoir du gouvernement d'aller vers l'ouverture des frontières terrestres, aériennes et maritimes comme première revendication de la communauté, et ce, pour faciliter les déplacements et réduire la pression sur Air Algérie », a affirmé le membre du Conseil de la nation.

À lire aussi :  Remboursement des billets d'avion : des clients d'Air Algérie attendent toujours

Le sénateur conclura sa publication en abordant la question des prix des vols internationaux, particulièrement ceux entre l'Algérie et la France. « Naturellement, ces mesures vont se répercuter positivement, au moins sur la réduction des prix du transport aérien », a-t-il ajouté, faisant un lien direct entre la réouverture totale des frontières et les prix des billets d'avion.

Pour rappel, le Premier ministre et ministre des finances Aïmene Benabderrahmane a annoncé l'ouverture d'une enquête sur les prix des billets, qu'il trouve excessifs. Il a fait cette déclaration le mardi 9 novembre à l'occasion de la seconde journée des travaux de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, organisée au Palais des Nations au Club des Pins.

« Le prix d'un billet à 750 euros est exagéré. Les résultats de l’enquête détermineront les raisons. Des décisions seront prises pour en finir immédiatement avec ce problème », a en effet fait savoir le Premier ministre, en réaction à une intervention de l'ambassadeur d'Algérie en France qui a dénoncé les prix pratiqués par les compagnies aériennes, notamment Air Algérie. En fait, cette décision vient environ un mois après que le député de l'Émigration Abdelouahab Yagoubi ait demandé l'ouverture d'une commission d'enquête pour les mêmes objectifs.