L'ancien PDG d'Algérie Ferries et d'autres responsables de la compagnie impliqués dans le scandale des deux navires revenus, en juin dernier, presque sans passagers lors de deux traversées depuis le port de Marseille vers ceux d'Alger et les Skikda, restent en prison. La demande de leur mise en liberté provisoire a été refusée par la chambre d'accusation près la cour d'Alger, rapporte le journal algérien Echorouk ce dimanche 31 juillet.

La chambre d'accusation près la cour d'Alger a refusé, ce dimanche 31 juillet, une demande de remise en liberté provisoire pour l'ancien PDG Kamel Issad et trois autres cadres de la compagnie maritime algérienne impliqués dans le scandale des navires d'Algérie Ferries revenus presque vides de Marseille vers les ports d'Alger et de Skikda le 2 juin dernier. Mis sous mandat de dépôt, les quatre responsables en question vont rester en prison, rapporte ce dimanche 31 juillet le journal Echorouk[1]لا إفراج عن مسؤولي شركة النقل البحري, Echorouk.

Selon une source judiciaire citée par le quotidien arabophone, la chambre d'accusation a confirmé, après délibération, la décision du juge d'instruction du Pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M'hamed, du 10 juin dernier, à l'encontre des quatre mis en cause dans cette affaire. Le refus de la mise en liberté de l'ancien PDG d'Algérie Ferries et des autres cadres de la compagnie est motivé par « la non-finalisation du dossier de l'expertise judiciaire ordonnée par le juge d'instruction », précise la même source.

À lire aussi :  France : Une femme giflée par un homme qui trouvait sa jupe trop courte

L'ancien PDG d'Algérie Ferries et deux autres cadres sous mandat de dépôt depuis le 10 juin

L'enquête judiciaire sur cette affaire a abouti à l'incrimination le 10 juin de cinq responsables d'Algérie Ferries, dont trois seront alors mis en détention provisoire[2]Algérie Ferries : L'ex-PDG Kamel Issad et deux responsables sous les verrous. Il s'agit du PDG Kamel Issad, du chef d'escale et du directeur commercial. Deux d'entre eux sont mis sous contrôle judiciaire, en l'occurrence le vice-président d'Algérie Ferries et la cheffe du département informatique.

Dans un communiqué publié le 28 juin, le parquet d'Alger a dévoilé les résultats préliminaires de l'affaire des deux navires d'Algérie Ferries revenus presque vides de Marseille le 2 juin dernier. Il s'agit du Tassili II assurant la traversée Marseille-Skikda et du Badji Mokhtar III assurant celle entre Marseille et Alger. Le premier navire a transporté à son bord 39 passagers et 21 voitures seulement, alors qu'il avait la capacité de 1300 passagers et plus de 300 véhicules. Quant au Badji Mokhtar III, il est revenu de Marseille avec 72 passagers et 25 voitures[3]Des navires quasi vides : Que se passe-t-il chez Algérie Ferries ?[4]Algérie Ferries : Voilà pourquoi deux navires étaient quasi vides cette semaine.

Le parquet d'Alger a affirmé que les responsables d'Algérie Ferries impliquées dans cette affaire ont eu recours de façon « délibérée à des réservations fictives » au niveau du système automatisé de la plateforme centrale de réservation d'Algérie Ferries[5]Algérie Ferries : Une affaire révèle des « réservations fictives ». Ces réservations « fictives » auraient été réalisées dans le but d'« empêcher les clients de réserver » avec Algérie Ferries, ajoute la même source.

À lire aussi :  Accusés d'abus de fonction, des employés d'Air Algérie sous le verrous

References