Un Algérien saute par la fenêtre lors de sa garde à vue

Arrêté avec un complice pour vol à l'arraché dans la ville de Nice, un jeune Algérien a sauté de la fenêtre pour échapper à sa garde à vue. En situation irrégulière et visé par une OQTF, il a fini par être jugé et condamné par le tribunal de Nice.

Les faits se sont déroulés le vendredi 18 août dans la ville de Nice. Un homme de 79 ans qui attendait le bus, boulevard Carabacel, s'est fait attaquer par un jeune homme qui lui a arraché deux chaînes en or avant de prendre la fuite avec son complice. Par chance, la victime n'a subi aucune blessure. La scène a été en partie filmée et a permis à la police municipale d'interpeller peu après les deux agresseurs, rapporte Nice Matin.

Placés samedi matin en garde à vue à la caserne Auvare à Nice, l'un des présumés voleurs a voulu s'échapper en sautant par la fenêtre. Le suspect, Rami H., de nationalité algérienne et sans-papiers, a sauté de 5 m du premier étage d'un des bâtiments et s'est blessé aux chevilles. Il est parvenu néanmoins à s'enfuir avant d'être rattrapé 250 mètres plus loin au niveau des terrains de sport Vauban, précise la même source.

Faits-divers Ivre et drogué, un Algérien sème la terreur dans un quartier en Italie

Présentés le lundi 21 mai devant le tribunal de Nice en comparution immédiate, les deux voleurs ont tenté de minimiser les faits. « J'ai volé, c'est vrai. J'étais alcoolisé », se défend le jeune Algérien qui s'est présenté à son procès les jambes dans le plâtre. « Votre alcoolisation n'apparaît pas dans la procédure », observe la présidente du tribunal. « Ce n'est pas une évasion, mais une tentative de suicide », ajoute Rami tout en précisant qu'il veut sortir pour s'occuper de son petit frère mineur, à la rue actuellement.

De son côté, le coprévenu, Iheb F., de nationalité tunisienne et également en situation irrégulière, a nié son implication dans l'affaire de vol à l'arraché sur le septuagénaire. « Je l'accompagnais. La vérité, quand je l'ai vu faire, j'étais choqué, j'ai couru avec lui », lance-t-il aux juges. La procureure requiert 6 mois ferme. Le jeune Tunisien est condamné à 5 mois de prison à exécuter immédiatement. Son complice algérien, visé par une OQTF, écope de 7 mois de prison ferme en raison de sa tentative d'évasion.


Vous aimez cet article ? Partagez !