Il semble que la Sonatrach ne va pas se remettre du scandale du duel frelaté au Liban. En effet, le site américain Bloomberg a révélé, lundi 3 août, que le Liban avait décidé de diversifier son approvisionnement afin de se débarrasser du monopole de la Sonatrach. Cette décision a été prise par le gouvernement libanais suite au scandale de corruption concernant la livraison de carburant défectueux, dont est accusée l'entreprise algérienne.

La même source a affirmé que le gouvernement libanais préparait des appels d'offres pour l’approvisionnement du pays en fuel à partir de 2021. Ces appels consistent en la signature de contrats de livraison d'une durée d'environ trois ans, selon le ministre de l'Énergie, Raymond Ghajar. Ces appels d'offres remettent en cause le monopole de l’entreprise algérienne sur les livraisons de fuel. Ils stipulent que les fournisseurs pourront s'approvisionner en carburant de n'importe quel pays.

Ainsi, le Liban opte pour une diversification de son approvisionnement, comme l'a indiqué son ministre de l'Energie, le 30 juillet passé. Ce dernier avait affirmé que le pays ne voulait pas qu’un seul fournisseur pour tout le carburant. Il avait souligné que le Liban envisageait de sortir de cette situation qui fait que la Sonatrach est le fournisseur exclusif de carburant au Liban. Il a déclaré : « Nous préférerions en avoir plusieurs. Si nous rencontrons un problème, nous pouvons en utiliser un autre ».

Scandale du fuel frelaté

Il faut rappeler que la société algérienne des hydrocarbures est, depuis fin avril, au cœur d’un énorme scandale qui secoue le Liban. Sonatrach est accusée d’avoir fourni du carburant défectueux à l’Electricité Du Liban (EDL). Malgré ce scandale, la Sonatrach maintient son contrat d’approvisionnement en fuel de l'entreprise publique Electricité Du Liban (EDL). Une décision prise le 19 mai dernier lors du Conseil des ministres libanais. Les autorités libanaises ont agi ainsi afin d'« éviter une pénurie de fuel qui causerait une réduction de la production du courant électrique ».

Lire aussi : Sonatrach au cœur d’une nouvelle polémique au Liban