Malik continue à discuter avant d'apercevoir son cousin Abdelkader qui arrive pour réactiver un billet de son fils. Le billet suspendu depuis la fermeture des frontières algériennes en mars 2020. Son fils veut profiter de la hausse des vols entre Paris et Alger pour venir passer quelques jours de ramadan et la fête de l'Aïd avec ses parents. Abdelkader explique que la réactivation d'un billet est compliquée chez Air Algérie. C'est la troisième fois qu'il fait ce déplacement à l'agence alors que son fils a été invité à prendre contact avec l'agence de l'avenue de l'opéra à Paris. Manque de coordination entre les agences d'Air Algérie, pensa Malik, qui finalement ne voit pas le temps passer.

Il est 8 h 30. Une dame arrive et fait sortir des clés de son sac à main. Soulagement, c'est elle qui va ouvrir l'agence. Malik apprendra plus tard que c'est elle la cheffe d'agence. Entre-temps, il y a beaucoup plus de gens sur place, une cinquantaine environ. Le sexagénaire prend la liste et se propose de faire l'appel pour la remise des tickets. La dame rappelle que seuls les 50 premiers seront acceptés. Il n'y a que deux employées qui accueillent la clientèle et la fermeture est programmée pour 15 heures, ramadan oblige. Les tickets distribués commencent par le numéro 940 et Malik détient le numéro 960, grâce notamment à l'absence de certains clients inscrits à l'arrivée des employés.

À lire aussi :  Vols France-Algérie : offres intéressantes d'ASL Airlines vers la Kabylie

Avant même la fin de la distribution, le 50e client arrive et la liste est clôturée. Tous ceux qui viendront après n'auront pas de tickets. Ils étaient d'ailleurs nombreux, notamment ceux venant de la région d'Azazga. Tous s'insurgent contre la fermeture de l'agence d'Azazga qui a toujours été utile pour les habitants de la région ainsi que la région voisine de Bouzeguen qui comptent de nombreux émigrés. « Je ne vois pas pourquoi ils la maintiennent fermée alors que la demande y est très forte », fulmine un homme, la cinquantaine, qui semble être un ressortissant algérien installé en France.

Agence d'Air Algérie : La lenteur du traitement pointée du doigt :